•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les arbres du boulevard René-Lepage souffrent du froid

Arbre transplanté à côté du boulevard René-Lepage.

Les 70 érables plantés sur le boulevard René-Lepage de Rimouski pourraient souffrir du froid, ce qui retarderait leur bourgeonnement.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Radio-Canada

Les arbres plantés l'an dernier sur le boulevard René-Lepage à Rimouski n’ont pas encore de feuilles et pourraient souffrir du froid. La Ville de Rimouski les surveille de près, mais se dit confiante pour la survie des arbres.

Les arbres sont un peu en retard sur leur floraison. Par contre, pour une première année, avec un hiver assez aride, c’est assez normal qu’ils ne soient pas si avancés, surtout si on a des arbres qui ont seulement cinq ans, explique le directeur des travaux publics à la Ville de Rimouski, Patrick Caron.

Les 70 érables de Freeman, une espèce résistante au froid et à l’air salin, ont été plantés l’an dernier dans le cadre d’un projet issu du budget participatif citoyen de Rimouski visant à revitaliser le bord de mer.

Les arbres transplantés sont dégarnis sur le boulevard René-Lepage.

La Ville de Rimouski surveille le taux de mortalité des arbres du boulevard René-Lepage. Les arbres n'ayant pas survécu à la transplantation seront remplacés.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Des bourgeons et des feuilles auraient commencé à apparaître sur près de trois arbres sur quatre sur le boulevard René-Lepage, selon Patrick Caron.

Il observe aussi que les arbres plantés près du centre communautaire de St-Pie X, sur des terrains qui auraient bénéficié d’un peu plus de chaleur au printemps, comptent plus de feuilles que les autres, bien qu'ils soient de la même espèce et du même âge.

La Ville a prévu un budget pour remplacer les arbres qui n’auraient pas survécu à la transplantation, assure Patrick Caron. En règle générale, 15 % des arbres ne survivraient pas au stress associé à la transplantation.

Bas-Saint-Laurent

Faune et flore