•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook dévoile sa cryptomonnaie libra et son porte-monnaie Calibra

Facebook dévoile sa cryptomonnaie.

Photo : Reuters / Valentin Flauraud

Reuters

Facebook a dévoilé mardi un projet de monnaie numérique baptisée libra, qui sera lancée dans le courant du premier semestre 2020.

Cette monnaie virtuelle, non adossée à des États ou à des banques centrales, sera gérée par une association composée d'entreprises, d'organisations à but non lucratif et d'institutions universitaires.

Voici quelques caractéristiques du projet :

La devise

La libra sera une devise numérique adossée à une réserve d'actifs réels, y compris des dépôts bancaires et des titres d'État à court terme, et détenue par un réseau de dépositaires.

Elle est dotée d'une structure permettant d'assurer la confiance et la stabilité de son cours.

Selon le livre blanc de la libra, toute personne utilisant cette monnaie bénéficiera d'un « degré d'assurance élevé » de pouvoir convertir sa devise numérique en devise fiduciaire locale en fonction d'un taux de change, de la même façon qu'une devise peut être échangée contre une autre lors d'un voyage.

Une libra ne sera en revanche pas toujours convertie au même montant dans une devise locale donnée, car elle n'est pas « arrimée » à une devise spécifique.

La libra se négociera sur une plateforme d'échanges, dont le nom n'a pas été précisé par Facebook.

Entrevue avec Élisabeth Préfontaine, fondatrice d'Octonomics, à l'émission RDI Économie

La technologie

La libra reposera sur la technologie de la chaîne de blocs, une structure unique de données qui enregistre l'historique des transactions et des états au fil du temps dans un grand livre partagé et géré par un réseau d'ordinateurs.

À la différence du bitcoin, la chaîne de blocs libra disposera d'un système de « permission », ce qui signifie que seules les entités autorisées par l'association seront en mesure de faire fonctionner les ordinateurs.

L'association se fixe cependant pour objectif de parvenir d'ici cinq ans à un réseau sans permission, tout en offrant un écosystème stable et sécurisé.

Le logiciel sera « open source », ce qui signifie que des sociétés extérieures à l'association peuvent créer des programmes compatibles.

L'association

La Libra Association est une association indépendante à but non lucratif composée de 28 membres et basée à Genève, en Suisse. Elle supervisera les décisions majeures concernant la devise numérique.

Parmi les membres de l'association figurent MasterCard, Visa, Spotify Technology, PayPal Holdings, eBay, Uber Technologies, Vodafone Group, ainsi que des fonds de capital-risque comme Andreessen Horowitz et Thrive Capital.

Pour rejoindre l'association, un investissement minimal de 10 millions de dollars est nécessaire, à l'exception des ONG.

L'association vise 100 membres d'ici son lancement.

Chaque membre dispose d'une voix sur les décisions stratégiques. Facebook sera membre de l'association par sa nouvelle filiale Calibra, qui fera office de porte-monnaie pour les détenteurs de libras tout en garantissant la séparation des données sociales des données financières.

Le porte-monnaie

Les particuliers et les commerçants pourront utiliser Calibra pour stocker, envoyer et recevoir des libras.

Calibra sera proposé comme une application autonome pour téléphone intelligent et sous forme de bouton dans les produits Messenger et WhatsApp, tous deux propriétés de Facebook.

Facebook souhaite que Calibra puisse être utilisé à terme dans des transactions et des paiements en ligne sur ses autres applications comme Instagram.

Les utilisateurs du réseau pourront acquérir des libras en passant par leur compte bancaire, et pour les personnes n'ayant pas de compte en banque, par des entreprises de transfert d'argent.

Les ingénieurs de Calibra sont engagés dans la création de la chaîne de blocs libra, mais Facebook a dit vouloir préserver l'indépendance des deux entités.

Calibra compte environ 100 employés, basés pour la plupart au siège social de Facebook à Menlo Park, en Californie, ainsi qu'à Tel-Aviv. Kevin Weil, le directeur général de Calibra, a déclaré à Reuters qu'il ne prévoyait pas accroître de manière significative cet effectif.

Confidentialité et sécurité

Chaque utilisateur de Calibra devra se soumettre à une procédure de vérification d'identité afin d'éviter des délits financiers.

La carte d'identité et d'autres informations personnelles devront ainsi être communiquées.

Calibra fournira une assistance aux clients ayant perdu leurs téléphones ou mots de passe et remboursera les clients en cas de vol de leurs libras, a déclaré Facebook.

Calibra s'est par ailleurs engagé à ne partager les données des utilisateurs avec Facebook et des tiers qu'en cas de consentement du client ou sur demande des autorités, selon un communiqué du groupe.

Facebook de son côté s'est engagé à ne pas utiliser les données de Calibra pour améliorer le ciblage publicitaire.

Les entreprises verront les mêmes informations sur les clients qui paient avec des libras que sur les clients qui paient avec des cartes de crédit, a déclaré Kevin Weil à Reuters.

Cryptomonnaies

Économie