•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépôt du premier rapport annuel de l’ombudsman de Gatineau depuis la refonte de l'organisme

Maryline Caron en entrevue à Radio-Canada.

Maryline Caron est ombudsman intérimaire à la Ville de Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’ombudsman par intérim de la Ville de Gatineau, Maryline Caron, a déposé mardi, lors d’une séance du comité plénier, son premier rapport annuel depuis la révision du service de l'ombudsman de la Ville, l’an dernier.

La Ville avait alors opté pour le modèle d'un ombudsman seul plutôt que pour celui d'un bureau avec des commissaires, comme c'était le cas auparavant, à la suite d’une controverse entourant un rapport défavorable de la vérificatrice générale de Gatineau.

L'ombudsman intérimaire a déposé son rapport ayant pour thème « le bureau de l’ombudsman, une institution en évolution », axé sur l'amélioration de la qualité des services, après une année ponctuée d'« importants changements ».

En tout, le Bureau de l'ombudsman de la Ville de Gatineau a reçu 159 demandes au cours de la dernière année, dont 82 ont été traités par l'ombudsman intérimaire. Les 17 autres dossiers ont été jugés non recevables par l'ombudsman, parce que les recours administratifs et judiciaires n'avaient pas été épuisés par les demandeurs.

Une intervention auprès de l’administration municipale a été nécessaire pour 46,3 % des dossiers, selon le rapport.

En 2017, 226 demandes avaient été formulées au Bureau de l'ombudsman de la Ville de Gatineau. Il s'agit d'une diminution de près de 30 % du nombre de demandes.

La couverture médiatique dans la foulée de la controverse aurait pu avoir un impact sur la crédibilité du Bureau, a admis Mme Caron, justifiant la baisse du nombre de demandes.

L'ombudsman n'est ni l'avocat du plaignant ni le procureur de l'administration.

Maryline Caron, ombudsman par intérim de la Ville de Gatineau

10 recommandations

Maryline Caron a formulé dix recommandations à la direction générale de la Ville de Gatineau.

Parmi celles-ci, le Bureau de l'ombudsman a recommandé d’identifier les parcs [de balle] prioritaires pour le remplacement des systèmes d’éclairage et d’établir une planification en tenant compte du plan d’investissement communautaire, après des plaintes relativement à l'éclairage du parc Saint-René.

Mme Caron a par ailleurs recommandé à la Ville d’élaborer un règlement pour améliorer la gestion des nuisances créées par un chantier de construction à long terme en milieu urbain à haute densité, à la suite de plaintes dans le quartier du Faubourd du ravage.

Sept de ces recommandations ont été retenues pour évaluation par les membres du conseil municipal. Certaines d'entre elles ont été retenues pour application et l'une d'elles, concernant la mise en place d'un processus de consultation afin de tenir compte des intersections atypiques pour ce qui est de l'installation de panneaux d'arrêt, n'a pas été retenue.

Questions prioritaires pour 2019

Par ailleurs, l'ombudsman par intérim a fait état des questions prioritaires de son Bureau pour l'année à venir.

Parmi celles-ci, Mme Caron a soulevé le besoin de consolider le poste de soutien administratif, afin d'assurer le bon fonctionnement du bureau. L'enjeu principal, c'est d'avoir un soutien administratif adéquat, a-t-elle dit.

Améliorer l'accessibilité aux services de l'ombudsman et assurer le suivi des recommandations figurent aussi parmi les questions de l'année à venir, selon Mme Caron.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale