•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Sherbrookois payeront 3,5 M$ de plus pour Valoris cette année

Valoris souhaite agrandir son site d'enfouissement technique.

Le budget de Valoris est déficitaire.

Photo : Image fournie par Valoris

Radio-Canada

Les élus sherbrookois ont débloqué un budget additionnel de 3,5 millions de dollars, lors du conseil municipal de lundi, destiné à renflouer les coffres de Valoris.

L'entreprise de valorisation des déchets avait annoncé un important redressement budgétaire à la fin mai. Cette hausse de budget, qui passe de 14 millions de dollars à 15,5 millions de dollars, est attribuable aux dettes que Valoris essuyait depuis 2016 et qui l’obligeait à piger dans divers portefeuilles.

Le traitement des déchets représente une dépense de 8,2 millions de dollars pour la ville de Sherbrooke. Des démarches seraient d'ailleurs entreprises auprès du gouvernement du Québec pour « obtenir une aide financière récurrente visant à reconnaître l'apport des activités de la Régie dans l'atteinte des objectifs de réduction de l'enfouissement fixés dans la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles ».

Une analyse des dépenses et revenus de Valoris sera exigée par la Ville de Sherbrooke au cours de la prochaine année « pour éviter qu'une telle situation se reproduise ».

Pour le maire Steve Lussier, la solution pour contrer les hausses de budget de Valoris est simple : réduire les déchets dans le bac noir. Les citoyens de Sherbrooke génèrent encore quelque 34 000 tonnes de déchet par année. De nombreux efforts sont faits depuis plusieurs années pour abaisser ce tonnage au minimum, a-t-il dit.

Ce dernier rappelle que la Ville « met à la disposition de la population deux écocentres où l'on peut acheminer à l'année des résidus valorisables comme les matelas ».

La Ville a profité de l'occasion pour annoncer que des nouveaux services de collecte seront disponibles auprès des écoles de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke cette année. Un projet-pilote de collecte de compost sera également mis en place cet automne avec une douzaine d'écoles primaires et secondaires.

Le maire Lussier a rappelé que la Ville souhaite interdire « certains contenants à usage unique » comme les sacs de plastique afin de diminuer la quantité de déchets.

Estrie

Matières résiduelles