•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raptors : Toronto sur la défensive après les ratés du défilé et une fusillade

Kawhi Leonard des Raptors se prend en photo en compagnie du rappeur Drake, lors du défilé.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Le maire John Tory affirme qu'il est toujours « en colère » au lendemain d'une fusillade qui a assombri les festivités de la victoire des Raptors, lundi. Il promet aussi un examen des problèmes logistiques du défilé.

La fusillade, survenue près de la place de l'hôtel de ville où se déroulait un rassemblement à l'issue du défilé, a fait quatre blessés, mais on ne craint pas pour leur vie.

La police a arrêté trois suspects, en plus de saisir deux armes à feu.

Des policiers et des passants s'occupent d'une personne couchée dans la rue, près d'un camion.

Des policiers viennent en aide à l'une des victimes.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Les enquêteurs sont à la recherche d'une autre arme qui aurait été utilisée dans la fusillade et d'un quatrième individu que la police qualifie de personne d'intérêt.

Il s'agit d'un homme blanc de grande carrure mesurant de 1,75 m à 1,8 m, qui portait un t-shirt blanc.

Comme moi, beaucoup d'entre vous étiez fâchés et continuez d'être en colère ce matin de voir l'insouciance de ceux qui ont apporté des armes à cette célébration.

John Tory, maire de Toronto
La place Nathan Phillips vue du ciel avec le lieu de la fusillade identifié au coin des rues Albert et Bay.

Emplacement de la fusillade

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

La police était-elle prête pour un événement de cette envergure? Le chef de police Mark Saunders qualifie la question de stupide.

On avait les bonnes ressources en place, assure-t-il.

Le chef de police demande à tout témoin qui aurait des images des événements sur son téléphone cellulaire, par exemple, de communiquer avec son service.

Mwan'Onen Munzundu, un partisan qui était au carré Nathan Phillips au moment de la fusillade, raconte qu'il se sentait en sécurité à la place jusqu'au moment de la fusillade, qui a provoqué un mouvement de foule. On a vu une foule de gens venir vers nous, dit-il.

Photo d'une demi-douzaine de policiers qui entourent un suspect au sol, alors que d'autres agents passent les menottes à des jeunes hommes près d'une clôture.

Les policiers procèdent à des arrestations après la fusillade survenue tôt vendredi dernier, près de la place Yonge-Dundas.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Une fusillade avait aussi assombri les célébrations de la victoire des Raptors en finale de la NBA dans la nuit de jeudi à vendredi dernier.

Six hommes font face à des accusations dans cette affaire.

Retards et déshydratation

Le défilé devait durer deux heures et demie; les autobus transportant les joueurs auront finalement pris plus de quatre heures à arriver à destination, à l'hôtel de ville.

Des milliers de partisans, y compris des enfants, ont ainsi dû patienter pendant plusieurs heures au soleil.

Le maire Tory affirme que la Ville, la police et la Commission de transport (CTT) examineront ce qui s'est passé pour voir s'il y a des leçons à en tirer.

Oui, peut-être que certaines choses auraient pu être faites différemment, concède le porte-parole municipal Brad Ross.

Tout comme le maire, il dresse néanmoins un bilan positif de l'événement.

M. Ross explique que la police avait placé des barricades le long du parcours, mais que des amateurs ont vite sauté par-dessus à cause de leur enthousiasme débordant, bloquant les rues.

Photo d'autobus rouges coincés dans une marée humaine

Les autobus transportant les joueurs des Raptors peinent à se frayer un chemin au sein de la foule venue voir le défilé.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Le chef de police Saunders remarque qu'il s'agissait d'une célébration et que la police ne voulait pas en faire un événement de sécurité comme un sommet du G20.

En d'autres mots, les policiers étaient là pour assurer la sécurité des partisans et non pour les empêcher de voir l'événement en les gardant derrière des barricades.

Quant à l'absence de points d'approvisionnement en eau potable, M. Ross ne sait pas si les partisans auraient voulu risquer de perdre leur place pour aller y remplir leur gourde.

La Ville estime que plus d'un million de résidents s'étaient massés le long du parcours du défilé et que plus de 100 000 personnes étaient réunies à la place de l'hôtel de ville pour le rassemblement de la victoire qui a suivi.

Selon M. Ross, le square Jurassic Park près de l'aréna de la Banque Scotia n'aurait pas pu accueillir une telle foule.

La Ville a-t-elle sous-estimé la popularité du défilé? Non, répond le porte-parole municipal, qui concède toutefois que les autorités ont probablement mal anticipé le fait que le public allait ignorer les barricades installées le long du parcours.

Toronto

Basketball