•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les députés provinciaux candidats au fédéral doivent démissionner, selon Stephen McNeil

Il répond aux questions des journalistes en mêlée de presse.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, trouve que les députés provinciaux qui ont annoncé qu'ils seraient candidats au fédéral sans avoir démissionné de leur poste au provincial manquent de principes.

Photo : CBC

Radio-Canada

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, pourfend les députés provinciaux qui ont annoncé qu’ils se présenteraient aux élections fédérales, cet automne, tout en conservant leur poste à l’Assemblée législative provinciale.

Le 9 juin, une néo-démocrate de longue date, Lenore Zann, a annoncé qu’elle siégerait comme indépendante puisqu’elle avait l’intention de se présenter à l’assemblée d’investiture libérale pour la circonscription de Cumberland-Colchester.

Trois députés progressistes-conservateurs, Chris d’Entremont, Alfie MacLeod et Eddie Orrell, avaient précédemment annoncé qu’ils seraient candidats aux élections fédérales.

Le premier ministre McNeil juge inacceptable qu’ils n’aient pas démissionné de leur poste de député provincial. Nous avons quatre députés provinciaux qui pourraient continuer à siéger ici [à Halifax] pendant des mois, continuer à bonifier leurs pensions, continuer à toucher l’argent des contribuables pendant qu’ils font campagne au fédéral pour un autre emploi payé par les contribuables. Ça n'a aucun sens!

Des règles obscures

D’après la Loi sur l’Assemblée législative, le siège d’un député provincial est considéré comme vacant lorsque celui-ci est sélectionné candidat pour un scrutin fédéral.

Mais cette loi est imprécise sur le moment où la nomination comme candidat devient officielle. Elle invite les candidats à se référer à la Loi électorale du Canada qui décrit un candidat sélectionné comme la personne reconnue officiellement par un directeur de scrutin au moment du dépôt des papiers de candidature.

Il réagit au budget provincial le 20 mars 2018 à Halifax.

Chris d’Entremont, député progressiste-conservateur d’Argyle-Barrington, annonçait en novembre dernier qu'il briguerait l'investiture du Parti conservateur du Canada dans Nova-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Or, ces papiers peuvent être déposés trois semaines seulement avant les élections.

Dans le passé, affirme Stephen McNeil, les députés provinciaux démissionnaient dès qu’ils étaient choisis candidats de leur parti dans une circonscription fédérale.

Il estime que les quatre députés qui ont annoncé leur intention de faire le saut en politique fédérale, cette année, profitent de zones grises dans la loi.

Ils font une interprétation de la loi qui les arrange, dénonce-t-il.

Il affirme que son gouvernement resserrera les règles. En ce qui concerne les députés au sein de son caucus, il s’attend à une démission immédiate si jamais certains d’entre eux deviennent candidats au fédéral.

Avec les informations de Jean Laroche, CBC

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale