•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet d'auberge de jeunesse suscite la grogne à Rimouski

maison

Une auberge de jeunesse pourrait être implantée dans cette résidence située dans le district de Nazareth, à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Un projet d'Auberge de jeunesse au cœur d'un quartier résidentiel de Rimouski a suscité un débat de près d'une heure, lundi soir, au conseil municipal.

Le projet consiste à transformer une ancienne résidence centenaire des Sœurs du Saint-Rosaire, dans le quartier Nazareth, en auberge de jeunesse pouvant accueillir jusqu'à 31 personnes.

Une vingtaine de résidents se sont déplacés pour dire qu'ils craignent qu'un tel commerce menace la quiétude du quartier. Une demi-douzaine d'entre eux ont pris la parole.

On sent que vous êtes favorables et on comprend parce que c'est un beau projet, une auberge de jeunesse. Moi aussi, je suis d'accord avec cela, mais ce n'est juste pas le quartier idéal.

Nathalie St-Pierre, résidente de Nazareth

Mme St-Pierre affirme qu'elle comprend que c'est la maison idéale , mais elle rappelle qu'à l'intérieur de chacune des maisons autour, ce sont des êtres humains qui vivent, qui sont arrivés là avec un projet de vie aussi.

Des citoyens du district de Nazareth se sont rendus au conseil municipal pour protester contre un projet d'auberge de jeunesse dans leur secteur.

Des citoyens du district de Nazareth se sont rendus au conseil municipal pour protester contre un projet d'auberge de jeunesse dans leur secteur.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Les deux promotrices du projet sont des employées de la salle des nouvelles de Radio-Canada. Il s'agit de la vidéojournaliste Nadia Ross et de la journaliste surnuméraire Michaëlle Ouellet. Comme le projet est contesté, cette nouvelle est d'intérêt public. Nous la traitons selon nos normes et pratiques journalistiques habituelles.

L'une des promotrices du projet, Nadia Ross, s'est dite sensible aux inquiétudes des citoyens. Elle a affirmé qu'un gardien allait être sur place 24 h/24. On ne veut pas déranger les gens du quartier, a-t-elle affirmé. Si ça fait trop de bruit, on sera là pour leur dire de rentrer à l'intérieur, précise-t-elle.

Les promotrices du projet, Nadia Ross et Michaëlle Ouellet

Les promotrices du projet, Nadia Ross et Michaëlle Ouellet

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Une décision remise à plus tard

En l'absence du maire Marc Parent, le maire suppléant, le conseiller Sébastien Bolduc, a qualifié de légitimes les inquiétudes des citoyens, mais il a surtout vanté les mérites du projet.

Les promoteurs croient que c'est un bon endroit. Et moi, personnellement, je n'ai pas de raison de croire que c'est un mauvais endroit. [...] Nous, de notre côté, on va voir s'il n'y a pas des accommodements qu'on peut trouver pour rendre le projet plus acceptable.

Le conseil municipal était présidé par le maire suppléant, Jonathan Bolduc, lundi soir.

Le conseil municipal était présidé par le maire suppléant, Jonathan Bolduc, lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Au terme des échanges, les élus ont décidé de retirer le sujet de l'ordre de jour et de reporter à plus tard leur décision sur le changement de zonage demandé par les promotrices.

Les promotrices et des citoyens du quartier présents à l'assemblée du conseil ont convenu de se rencontrer prochainement pour discuter des détails du projet d'auberge de jeunesse.

D'après les informations de Denis Leduc

Bas-Saint-Laurent

Entrepreneuriat