•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt une taxe sur l’hébergement touristique à Moncton

Une photo montrant une femme de dos en train de regarder à la fenêtre de son hôtel. En avant-plan, on peut voir une valise et un ordinateur portable posé sur le lit.

Les hôtels et autres services d'hébergement à Moncton devront bientôt percevoir une taxe de 3,5 % pour appuyer la promotion et le développement du tourisme dans la région.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les touristes qui séjournent à l’hôtel ou dans d’autres hébergements du genre à Moncton, au Nouveau-Brunswick, devront bientôt payer une nouvelle taxe de 3,5 %.

Le conseil municipal a adopté en première lecture un arrêté, lundi soir, qui prévoit le prélèvement de cette taxe sur le prix des hébergements touristiques dans son territoire. L’arrêté doit encore subir deux lectures. La taxe pourrait entrer en vigueur le 1er août.

Des modifications récemment apportées à la Loi sur la gouvernance locale permettent aux municipalités d’imposer une taxe de ce genre. Cette nouvelle source de revenus doit servir à la promotion et au développement du tourisme.

Les autorités municipales de Moncton rappellent qu’elles ont consulté au préalable les hôteliers et autres intervenants en tourisme. Elles estiment qu’il faut investir pour développer cette industrie qui rapporte déjà plus de 470 millions de dollars chaque année dans la région.

Nous recommandons la perception d'une telle taxe depuis plus d’une décennie et je suis vraiment ravie que notre souhait devienne réalité. La plupart des municipalités des autres provinces canadiennes peuvent imposer une taxe sur l’hébergement et se servir des profits pour promouvoir leur région. Moncton pourra enfin faire de même, explique la mairesse Dawn Arnold par voie de communiqué.

La Municipalité va créer un organisme qui sera chargé de percevoir la taxe et de diriger les efforts de mise en marché des produits et services touristiques, à compter de l’an prochain. L’organisme sera lui-même géré par un conseil d’administration composé de membres de l’industrie.

Nouveau-Brunswick

Affaires municipales