•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles consultations pour transformer les plaines LeBreton à Ottawa

Les terrains vacants des plaines LeBreton

Les plaines LeBreton, avec le centre-ville d'Ottawa en arrière-plan (archives)

Photo : Radio-Canada / Kate Porter

Radio-Canada

Le nouveau processus de consultation publique de la Commission de la capitale nationale (CCN) en vue du futur développement des plaines LeBreton s'est amorcé mardi soir, au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.

Ce processus fait suite à l'échec du projet de revitalisation du groupe RendezVous LeBreton — lequel incluait le déménagement des Sénateurs d'Ottawa dans ce nouveau quartier de la ville.

Le projet du propriétaire de l'équipe, Eugene Melnyk, et de ses collaborateurs, l'entreprise Trinity Development, avait fait face à de nombreux rebondissements, dont des poursuites judiciaires mutuelles de plusieurs centaines de millions de dollars.

En mars, la CCN a sonné le glas du projet et son premier dirigeant, Tobi Nussbaum, avait du même coup annoncé la mise en place d’un nouveau processus « totalement flexible » en vue du réaménagement du vaste terrain de 23,9 hectares (59 acres) voisin du Musée canadien de la guerre.

La CCN à l'écoute des citoyens

Des « portes ouvertes interactives » ont débuté mardi, où 300 personnes ont répondu « présent » dans le cadre de cette nouvelle consultation. Ces consultations ont pour but d’encourager la population à s’exprimer sur ce qui ferait des plaines LeBreton « un lieu unique » et de faire part de leurs priorités.

La société d'État espère ainsi créer un lieu où fusionnent des éléments résidentiels, commerciaux, culturels et sociaux.

On consulte [...] sur les idées, les principes, les priorités, les aspirations, les espoirs du public. On va leur revenir en automne, au mois de novembre, avec une ébauche du plan directeur conceptuel pour le site, explique Katie Paris, la directrice du projet Bâtir LeBreton.

Même si le projet Rendez-vous LeBreton s'est écroulé, la CCN affirme qu'elle ne repart pas à zéro.

On a déjà des plans directeurs, on va les mettre à jour pour le 21e siècle avec la durabilité, avec la diversité des utilisations et avec une variété des types de bâtiments résidentiels, poursuit Mme Paris.

Les réponses fournies par la CCN ne satisfont pas le président de Devcore, entreprise qui faisait partie du groupe DCDLS, écarté au profit du groupe de Melnyk. Jean-Pierre Poulin, qui s'était montré intéressé à reprendre le flambeau lors de l'annonce de la mort du projet RendezVous LeBreton, affirme maintenant qu'il passe son tour.

La CCN nous demande de faire ça en cinq semaines, a déploré M. Poulin en entrevue à Radio-Canada. C'est un projet de quatre à cinq milliards [de dollars] qui est supposé changer la face d'Ottawa. On ne pense pas que c'est réaliste et non, on n'embarquera pas là-dedans, a-t-il dit.

Des consultations citoyennes

Par ailleurs, les résidents des environs des plaines LeBreton ont déjà lancé leurs propres consultations. Ils ont déjà dressé une liste de priorités et de souhaits pour ce nouveau quartier. Ils sont optimistes que ce sera une réussite cette fois-ci.

Avec plusieurs petits projets, c'est un peu moins "tout ou rien". Il y a une opportunité pour plusieurs promoteurs de collaborer sur un même casse-tête pour développer quelque chose de varié, estime Mike Powell, président de l'Association communautaire Dalhousie.

Les travaux de construction aux plaines LeBreton devraient commencer d'ici deux ans. Il s'agira de l'un des plus importants projets urbains de la ville, qui devrait se poursuivre pendant près de 30 ans.

La population est invitée à se prononcer en ligne sur le site Internet de la CCN (Nouvelle fenêtre), et ce, jusqu'au 2 juillet.

Avec les informations de Gilles Taillon et Boris Proulx

Ottawa-Gatineau

Politique municipale