•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wellness Institute de l'Hôpital Seven Oaks, un modèle pour Saint-Boniface ?

De nombreuses activités sportives sont dispensées au centre de bien-être, parmi du basketball, du badminton et du karaté.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Chloé Dioré de Périgny

Le Centre de santé Saint-Boniface voudrait ouvrir un centre de bien-être semblable au Wellness Institute rattaché à l'Hôpital Seven Oaks. À quoi ressemble cette unité de thérapie holistique? Nous avons été la visiter.

11 h 30, lundi. Les gens sont déjà nombreux au Wellness Institute. Le centre est réputé pour ses installations de remise en forme et de bien-être.

Cours de yoga ou de pilates, suivis en nutrition, accès à une piscine chauffée ou à un hammam…. les services proposés sont nombreux et très diversifiés.

Il y a 25 ans, le directeur de l’Hôpital Seven Oaks était visionnaire. Il disait qu’un hôpital pouvait faire bien plus que de soigner les patients et qu'il pouvait les accompagner dans leur réhabilitation et faire de la prévention pour les garder en bonne santé et en dehors des hôpitaux, dit la directrice générale du centre, Casie Nishi.

L’institut regroupe une centaine d’employés qui accompagne les membres. Parmi eux, des médecins, des infirmiers, des kinésiologues, des ergothérapeutes et des diététiciens.

Il ne s’agit pas de dire aux gens quoi faire, mais plutôt de les soutenir pour qu’ils atteignent leurs propres objectifs de vie, explique Casie Nishi.

Une femme devant un mur de brique, dans un bâtiment.

Selon la directrice du Wellness Institute de l'Hôpital Seven Oaks, Casie Nishi, de plus en plus de personnes sont intéressées à apprendre comment avoir un mode de vie plus sain.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Un modèle pour Saint-Boniface

Le centre de bien-être Wellness Institute rattaché à l’Hôpital Seven Oaks fait ainsi figure de modèle pour d’autres centres de santé comme celui de Saint-Boniface.

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada le 7 juin, la directrice générale du Centre de santé Saint-Boniface, Monique Constant, affirmait que son établissement avait des projets d’avenir comprenant ce type d’infrastructure.

« On travaille à une étude de faisabilité pour voir si on pourrait faire un tel centre à Saint-Boniface, avec une piste intérieure, de l'équipement pour faire de l'exercice cardiovasculaire, des services de physiothérapeutes, d'ergothérapeutes, de chiropraticiens, pour mieux gérer les maladies chroniques », déclarait-elle.

Inclusivité et accessibilité

Dans la salle d'entraînement du Wellness Institute, certains membres jouent au badminton, d’autres courent sur des tapis roulant ou utilisent le matériel mis à leur disposition.

Contrairement aux salles de gym habituelles, les adhérents sont de toutes conditions physiques : certains portent des masques à oxygène et sont suivis de près par leurs entraîneurs; d’autres soulèvent des haltères sans difficulté.

La moyenne d’âge des membres est de 54 ans, même si quelques jeunes adultes viennent également profiter des différents programmes et services offerts par le centre.

Dès le début, on s’est assuré de ne pas être une autre salle de gym pour que les personnes minces soient encore plus minces. On voulait avant tout desservir une communauté qui ne se sent pas forcément à l’aise dans ces endroits-là, dit la directrice.

Des personnes s'entrainent dans une salle de gym.

Pendant leurs activités de cardio, les membres peuvent jouer au solitaire, consulter leurs courriels ou regarder des vidéos sur leurs écrans.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Elle explique que les nouveaux adhérents doivent faire évaluer leur condition physique et leurs risques cardiaques. Ils pourront ainsi s’inscrire dans des programmes adaptés.

L’établissement a également été construit de sorte à faciliter l’accessibilité. Les salles et les services, incluant les vestiaires et la piscine, peuvent être utilisés par des personnes en fauteuil roulant.

Un endroit où socialiser

L’institut dispose également d’un café où les membres peuvent manger santé et rencontrer d’autres membres après l’effort. Les activités sont également souvent proposées en groupes, pour inciter les adhérents à sociabiliser.

Nous savons que l’activité physique et la nutrition a un effet sur notre santé, mais de plus en plus d’études montrent qu’être entouré de personnes et socialiser influence la qualité de vie et notre habileté physique, souligne Casie Nishi.

En dehors des programmes et de l'équipement, le plus important ici c’est la camaraderie et l’amitié : ces personnes que tu vois tous les jours, qui te font des grands signes et viennent te dire bonjour, estime le directeur de Active Aging in Manitoba, Jim Evanchuk.

L’abonné du centre depuis plus de 20 ans dit que chacun peut trouver son compte au Wellness Institute. Lui-même est amateur pickleball et dit avoir trouvé des personnes du même âge que lui avec les mêmes centres d’intérêt.

On a l’impression d’être à la maison, conclut-il.

Manitoba

Santé physique et mentale