•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obstétrique à l'hôpital d'Amqui : le CISSS officialise la solution des médecins

Bâtiment.

Hôpital d’Amqui

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent a avalisé la solution proposée par les médecins pour assurer le service d’obstétrique à l’hôpital d’Amqui à compter de l'automne.

En marge de la séance publique du conseil d'administration, le CISSS a confirmé que le chirurgien déjà en poste avait accepté d'allonger sa période de garde et que deux autres chirurgiens qui ont déjà pratiqué à Amqui avaient accepté de faire du dépannage.

L’organisation est par contre toujours à la recherche d’un deuxième chirurgien qui pourra, à long terme, faire des césariennes à Amqui, puisque celui embauché en mai refuse de faire cette intervention.

Pour nous, la solution à long terme, c’est définitivement un chirurgien qui ferait de la césarienne, c’est ce qu’on souhaite retrouver dans la Matapédia, avoir une équipe de deux complète.

Isabelle Malo, présidente-directrice générale du CISSS Bas-Saint-Laurent

La présidente-directrice générale du CISSS précise d'ailleurs que le service d’obstétrique à Amqui sera malgré tout « fragilisé » pendant trois semaines cet été, mais assure que l'organisation continue de chercher des médecins dépanneurs. Si ces interruptions de service en obstétrique se confirment, des femmes pourraient devoir se rendre à Rimouski pour accoucher.

Plus de délais pour les examens radiologiques

La séance publique du conseil d’administration du CISSS a aussi permis d’apprendre que les délais pour les examens radiologiques se sont allongés au cours de la dernière année financière.

Par exemple, le pourcentage des mammographies réalisées en moins de trois mois est passé de 99,6 % en 2017-2018, à 80,2 % en 2018-2019.

La situation s'est aussi détériorée pour les examens par résonance magnétique et les examens de tomodensitométrie (TACO).

Ces délais plus longs s'expliquent en partie par les départs de radiologistes à Rivière-du-Loup et dans la Matapédia.

Mme Malo a toutefois souligné que même si les délais sont plus longs, la région fait mieux que la moyenne provinciale. Elle a ajouté que le CISSS travaille au recrutement de radiologistes.

D’après les informations d’Ariane Perron-Langlois et Michel-Félix Tremblay

Bas-Saint-Laurent

Établissement de santé