•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des sentiers de la Forêt récréative de Val-d'Or amputés par le développement industriel

Un sentier de vélo de montagne avec une affiche indiquant Voodoo.

Le sentier Voodoo sera fermé pour une partie de l'été.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Thomas Deshaies

Une portion de sentiers de la Forêt récréative de Val-d'Or devra fermer, puisqu'ils feront place à des terrains pour des projets industriels. Les sentiers utilisés depuis plusieurs années sont toutefois situés sur des terrains appartenant à l'Aéroport régional de Val-d'Or.

Le président d'Accro Vélo, Michel Lavoie, affirme être au courant depuis plusieurs années des intentions de la Corporation de développement industriel de Val-d'Or de développer de nouveaux terrains du côté ouest de la rue Bombardier.

Il se désole toutefois de ne pas avoir été informé plus tôt que les travaux auraient lieu cet été. Là, on le sait, mais à une semaine de préavis des travaux, donc on n'a pas eu le temps de se tourner de bord, explique-t-il. Le club, qui a développé les sentiers de vélo de montagne, n'a donc pas été en mesure de faire un nouveau tracé de son sentier nommé Voodoo. On devra fermer le sentier pour une partie de l'été, ajoute-t-il.

On est un peu sur le fait accompli, donc on doit fermer le sentier, mais oui, la Ville va nous dédommager, va nous aider.

Michel Lavoie, président d'Accro vélo

Le tracé d'une piste de ski de fond devra aussi être modifié.

Le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil, explique que des discussions sont en cours avec les différents intervenants afin de compenser pour la perte d'une portion des sentiers. Les organismes concernés sont déjà informés depuis au moins cinq ans que ces travaux sont susceptibles de se réaliser un jour, rappelle-t-il. Ils ont eu cinq ans de plus pour utiliser un territoire qui ne leur appartenait pas.

La Corporation ne compte pas développer davantage

Le commissaire industriel, Jean-Yves Poitras, assure ne pas vouloir développer davantage dans le secteur. Le développement va s'arrêter à ce qu'on va faire dans les prochaines semaines, du côté ouest. On n'ira pas plus loin pour la rue Bombardier, déclare-t-il.

Le but, ce n'est pas de porter préjudice à la Forêt récréative, mais de s'assurer que le développement qu'on va faire, il est bien planifié, et puis qu'il s'harmonise. On travaille toujours dans un esprit de bon voisinage.

Jean-Yves Poitras, commissaire industriel de Val-d'Or

M. Poitras affirme que la Corporation de développement industriel n'avait d'autre choix que de compléter le développement dans ce secteur, d'autant plus qu'il manque d'espaces pour accueillir de nouvelles entreprises. Quand tu construis une rue normalement, si tu veux avoir un retour sur l'investissement, il faut que tu développes des deux côtés de la rue, souligne-t-il.

Appel à protéger davantage la forêt récréative

Le président d'Accro Vélo souhaiterait que les démarches visant à protéger davantage la Forêt récréative de potentiels projets de développement économique ou d'exploitation des ressources naturelles aboutissent rapidement.

Un homme sourit à la caméra dans un parc.

Michel Lavoie, président du club Acro Vélo de Val-d'Or

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Nous ce qu'on dit, c'est définissons les limites claires, idéalement avec un statut de protection, puis on va pouvoir développer à l'intérieur de nos limites et avoir une pérennité dans le temps, souligne-t-il.

Le maire de Val-d'Or assure que les démarches sont déjà entamées. On a déjà des résolutions qui ont été adoptées et déposées dans ce sens, souligne-t-il. Pour ce qui est de la rue Bombardier, la corporation n'a rien dans les cartons qui l'amènerait à l'extérieur de leur propriété actuelle.

Abitibi–Témiscamingue

Développement économique