•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les évacués de Paddle Prairie à bout de souffle

Une route entourée d'une forêt cachée par une épaisse fumée.

La communauté métisse de Paddle Prairie a commencé à être progressivement évacuée en raison de la fumée au cours de la dernière semaine de mai.

Photo :  CBC / Josée St-Onge

Mirna Djukic

Plus de 500 personnes de la communauté métisse de Paddle Prairie sont toujours sous ordre d'évacuation en raison du feu de Chuckegg Creek, dans le nord de l’Alberta. Depuis trois semaines maintenant, elles retiennent leur souffle en attendant de savoir quand elles pourront rentrer chez elles et commencer à reconstruire les maisons qui ont brûlé.

« Tout le monde est frustré [....], les gens veulent juste rentrer à la maison », dit la vice-présidente de la communauté métisse de Paddle Prairie, Lori Wanuch.

Deux semaines après la levée de l’ordre d’évacuation sur la ville de High Level, leur communauté attend toujours le feu vert pour rentrer chez elle. Entre 500 et 600 de ses membres sont toujours réfugiés à Peace River et à Grande Prairie, où les denrées, et la patience, commencent à manquer.

Le centre de dons est presque à bout de ressources, et certains des commerces qui offraient des rabais pour les évacués ont cessé de le faire, explique Lori Wanuch,

« C’est stressant, car depuis que [la population de] High Level est partie, nos membres ne se sentent pas aussi bienvenus », dit-elle.

Plusieurs membres de la communauté menacent de retourner chez eux malgré l’ordre d’évacuation. Certains ont même tenté de le faire en catimini.

« On continue d’essayer de leur dire qu’ils doivent être patients, parce qu’on ne veut pas qu’ils mettent leur vie en danger. »

Le feu, toujours non contrôlé, fait maintenant 295 415 hectares. Un nouvel ordre d’évacuation a été donné lundi pour la région voisine d'Indian Cabins.

Quinze maisons à reconstruire

Le retour à la maison, lorsqu’il sera autorisé, risque d’être brutal pour les gens de Paddle Prairie, prévient la vice-présidente.

Quinze maisons ont été détruites par les flammes au nord du hameau, et des dizaines d’autres ont été endommagées. Elle-même a été consternée par ce qu’elle a vu dans la portion nord de la communauté lorsqu’elle est allée constater les dégâts lors d’une visite.

Tout est noirci, brûlé, partout où on regarde.

Lori Wanuch, vice-présidente de la communauté métisse de Paddle Prairie

Elle souligne que la communauté a perdu un lieu important. « Nous avons perdu notre pin gris bien-aimé », déplore-t-elle. « C’est là que nous allions tous pour nos activités culturelles. Nous avions un camp culturel là, où nous amenions nos élèves, et nous avons perdu tous ces arbres. »

Selon Annette Poitras, directrice des services communautaires de Paddle Prairie, les sinistrés qui ont perdu leur maison ont encore du mal à réaliser ce qui leur arrive.

Ils sont peu nombreux, jusqu’à maintenant, à utiliser les services d’aide psychologiques que leur offre Services de santé Alberta dans leur communauté d’accueil.

« Je ne crois pas que ça va les frapper jusqu'à ce qu’ils soient à la maison », dit Mme Poitras.

Il faudra alors coordonner des hébergements d’urgence pour une quarantaine de personnes en attendant de reconstruire ce qui a été brûlé.

Selon Annette Poitras, aucune des maisons dans la communauté n’est assurée par une compagnie privée, et l'incertitude plane sur le soutien financier auquel les sinistrés auront droit.

« Les gens me demandent ce qui va arriver et si leurs biens seront remplacés, mais en ce moment je n’ai trouvé personne qui soit capable de me dire “oui” », dit-elle.

Une soirée de collecte de fonds organisée dans la petite ville de Fort Smith, dans les Territoires du Nord-Ouest, a permis de recueillir 8000 $ pour les sinistrés.

En attendant le retour

La communauté tente tant bien que mal de garder le moral en attendant de retourner chez elle. Ses membres espèrent que la générosité des gens qui les a aidés à subsister jusqu’ici ne s'essoufflera pas avant que le feu ne soit éteint.

« Nous avons besoin de collations, de jus, d’eau, même de sacs de nouilles instantanées, car certaines chambres n’ont pas de cuisinette », dit Annette Poitras.

Les dons peuvent être acheminés au Centre de distribution du Quality Inn à Grande Prairie ou par chèque, au nom de Paddle Prairie Metis Settlement Association.

Consultez notre dossier sur les feux de forêt.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Feux de forêt