•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le BIG résilie les deux contrats de déneigement d'une entreprise à Montréal

Un déneigeur souffle de la neige dans un camion de chargement, à ses côtés.

Plus de la moitié des chargements de neige de l'entreprise Transport Rosemont n'étaient remplis qu'à 50 % ou moins.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Le Bureau de l’inspectrice générale de la Ville de Montréal (BIG) a annoncé la résiliation de deux contrats de déneigement dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension puisque l’entreprise en cause ne remplissait pas ses camions au maximum.

Ces contrats dataient de juin 2016 et visaient le déneigement de la chaussée et des trottoirs. Ils avaient une valeur totale de plus de 9 millions de dollars sur quatre ans.

L’entreprise, Transport Rosemont inc., devrait également être écartée des appels d’offres pour une période de cinq ans, réclame le BIG à l'issue de son enquête.

Selon le rapport déposé lundi après-midi, 300 des 514 premiers chargements analysés par le BIG n’étaient remplis qu’à 50 % ou moins. À titre de comparaison, l’organisme municipal a également analysé les chargements d’une entreprise concurrente dans un secteur voisin : seuls trois de ses 202 chargements n’étaient remplis qu’à 50 %.

Le BIG rappelle d’emblée que l’entreprise de déneigement était payée selon le plein volume de ses camions.

La situation s’est d’ailleurs répétée, malgré des avertissements de l’arrondissement au directeur général de Transport Rosemont : lors de l’opération de déneigement suivante, ses taux de chargements à moins de 50 % dans deux secteurs étaient de 7,4 % et de 21,2 %, alors qu’il était d’environ 1 % chez le compétiteur.

Le BIG juge également que les explications fournies par l’entreprise pour se défendre ne sont pas crédibles.

Le chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville, Lionel Perez, réclame une enquête sur le chargement de la neige dans l'ensemble des arrondissements. « Il y a encore quelque chose qui ne fonctionne pas dans le déneigement », a déclaré M. Perez en point de presse.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a quant à elle déclaré que son administration prenait acte du rapport et allait sévir contre l'entreprise.

On essaie d'être le plus agile possible, le plus rapide possible, a ajouté Mme Plante tout en précisant que la Ville tentait également de déterminer avec Transport Rosemont qui doit de l'argent à qui puisque les paiements à la compagnie ont été suspendus dès que des soupçons ont été émis concernant ses pratiques.

Avec des informations de Benoît Chapdelaine

Grand Montréal

Politique municipale