•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les renforts anti-immigration en place dès cette semaine au Mexique

Un homme portant un énorme sac marche dans l'eau en utilisant une canne.

Un homme passe du Guatemala au Mexique de façon irrégulière en traversant le fleuve Suchiate à Talisman, dans l'état du Chiapas, au Mexique, le 7 juin 2019.

Photo : AFP/Getty Images / Pedro Pardo

Reuters

Le déploiement des renforts qui doivent prendre position à la frontière avec le Guatemala pour lutter contre l'immigration clandestine sera achevé dans la semaine, a promis lundi le ministre mexicain des Affaires étrangères.

Marcelo Ebrard s'est en outre engagé à traquer les passeurs, deux jours après la découverte de près de 800 clandestins dans des conteneurs à destination des États-Unis.

Dans le cadre d'un accord conclu il y a dix jours avec Washington, le gouvernement mexicain a promis d'envoyer 6000 membres de la Garde nationale à la frontière sud pour enrayer l'afflux de migrants en provenance d'Amérique centrale. Il dispose de 45 jours pour démontrer l'efficacité de cette mesure, faute de quoi Donald Trump menace de taxer les produits importés du Mexique, ce qui pourrait avoir de lourdes conséquences financières.

« Le déploiement de la Garde nationale s'achèvera cette semaine avec le soutien du ministère de la Défense et de la Marine », a déclaré le chef de la diplomatie mexicaine, lors d'une conférence de presse.

Samedi, dans l'État de Veracruz, 785 étrangers, dont beaucoup d'enfants, avaient été découverts entassés dans huit conteneurs. Selon le ministre, les passeurs leur ont demandé à chacun 3500 $ US à 5000 $ US.

« Nous appelons cela du sauvetage parce que les conteneurs ne sont pas conçus pour le transport humain. Ces personnes pourraient être mortes asphyxiées », a souligné Marcelo Ebrard.

« Nous risquons de devenir l'un des plus grands marchés de trafic d'êtres humains au monde. Ce ne sera pas toléré », a-t-il ajouté.

Des aides accordées à trois pays d'Amérique centrale vont être réaffectées

L'administration américaine a par ailleurs annoncé lundi son intention de réaffecter plusieurs centaines de millions de dollars d'aide accordés au Salvador, au Guatemala et au Honduras, trois pays que Donald Trump juge responsables de l'afflux de demandeurs d'asile à la frontière mexicaine.

Des attachés parlementaires disent avoir été informés de la prochaine réaffectation de 370 millions de dollars américains d'aide auquel le Congrès a donné son feu vert pour l'exercice 2018 et de la suspension de 180 millions supplémentaires, dont le déblocage avait été approuvé pour l'exercice précédent. Les sommes allouées pour ces deux exercices n'ont pas été intégralement versées.

Le projet risque de se heurter à une vive opposition au Capitole. De nombreux parlementaires, y compris dans les rangs républicains, reprochent à Donald Trump de ne pas respecter les textes adoptés au Congrès et qu'il a lui-même promulgués.

Amériques

International