•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation d’Unifor à Paspébiac

Unifor a recruté une centaine de manifestants pour protester contre la décision d'Unipêche MDM de ne pas poursuivre les négociations durant l'été.

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

Radio-Canada

Une centaine de syndiqués ont manifesté bruyamment, lundi midi, en appui aux syndiqués de l’usine Crustacés de Gaspé fermée ce printemps dans la foulée de la négociation d’une première convention collective.

Les manifestants, des syndiqués d’Unifor de partout au Québec, sont venus démontrer leur solidarité envers les travailleurs de l’usine de Grande-Rivière.

Les négociations sont rompues pour l’été et ne devraient reprendre qu'en septembre

Les installations de Crustacés de Gaspé, qui appartiennent à Gestion Unipêche M.D.M., sont demeurées fermées au printemps.

Selon Unipêche M.D.M., l’usine de Grande-Rivière n’était pas rentable. Les quelque 80 travailleurs de l’usine, qui avaient obtenu leur accréditation syndicale en mai 2018, étaient en discussions pour conclure un premier contrat de travail.

Des manifestants avec différentes pancartes et des drapeaux rouges avec le logo d'Unifor

Le syndicat Unifor réclame la réouverture de l'usine

Photo : Radio-Canada

Les travailleurs de l’usine de Paspébiac ont observé la scène de loin, préférant ne pas commenter « pour ne pas se faire pointer du doigt par l'employeur ».

Les propriétaires de l’usine Unipeche M.D.M. n’ont pas voulu commenter cette manifestation, eux non plus.

Les syndiqués d’Unifor entameront, mardi, une marche de trois jours. Ils partiront de l’usine de Paspébiac jusqu’à celle de Grande-Rivière, 80 km plus loin, pour sensibiliser l’opinion publique à leur cause.

Unifor lance également une pétition qui demande aux dirigeants de Gestion Unipêche M.D.M. et aux gouvernements du Québec et du Canada de rouvrir l'usine de Grande-Rivière.

Dans leur pétition, les syndiqués demandent aussi que soit mise en place une réforme de l'industrie de la pêche pour mieux répartir les revenus dans la population et la région.

Le syndicat souhaite de plus la reconnaissance du métier d'aide-pêcheur.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Relations de travail