•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chantier naval de Bas-Caraquet : un dernier effort plaide Serge Cormier

Vue aérienne du Centre naval du Nouveau-Brunswick, à Bas-Caraquet. Photo prise le 9 octobre dernier.

Vue aérienne du Centre naval du Nouveau-Brunswick, à Bas-Caraquet. Photo prise le 9 octobre dernier.

Photo : Gracieuseté: Centre naval du Nouveau-Brunswick

Radio-Canada

Le député libéral d'Acadie-Bathurst, Serge Cormier, ajoute sa voix au débat sur l’avenir du Centre naval du Nouveau-Brunswick à Bas-Caraquet. Il reproche au gouvernement Higgs de vouloir se désengager alors qu’il ne manque plus au centre qu’une pièce d’infrastructure cruciale pour son développement.

L’un des grands locataires du chantier, Groupe Océan, réclame la rampe de halage promise par l’ancien gouvernement libéral de Brian Gallant. Cette rampe permettrait au chantier de soumissionner pour la construction de plus gros bateaux. Il ne dispose actuellement que d’un ber cavalier qui permet de soulever des bateaux de 300 tonnes ou moins.

Ottawa s’était engagé à investir 10 millions de dollars au chantier, en 2017. Il reste 4 millions sur cette somme, selon le député Cormier. Comme une rampe de halage coûtera près d’un million de dollars, la participation du gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs est essentielle, dit-il.

On est rendu à la ligne d'arrivée, c'est comme si vous étiez rendu à un marathon et que vous faites les trois derniers 300 mètres et que vous décidez de virer de bord. C'est à peu près ça que le gouvernement Higgs veut faire!

Serge Cormier, député d'Acadie-Bathurst
Le député fédéral Serge Cormier veut mettre un frein à l'exode de permis de pêche au crabe

Serge Cormier demande au gouvernement Higgs de faire un dernier effort financier.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Des tiraillements politiques

La question a fait l’objet d’un échange, la semaine dernière, à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, entre la députée de Caraquet, Isabelle Thériault, et le premier ministre Higgs.

Ce dernier a refusé de s’engager, rappelant que le chantier naval avait déjà bénéficié d’un investissement de 50 millions dollars en deniers publics.

Serge Cormier croit que le centre naval est victime de tiraillements politiques en ce moment.

C'est très difficile présentement peut-être pour des raisons peut-être électoralistes, peut-être populistes, mais moi, ce n'est pas vrai que je vais laisser une infrastructure comme le centre naval ou les autres infrastructures de notre région pas aller de l'avant parce qu'on a un gouvernement qui ne veut pas investir avec nous.

Le gouvernement Higgs se dit d’autant moins enclin à investir que l’entreprise qui bénéficierait le plus de cette nouvelle injection de fonds publics, Groupe Océan, n’est pas de la province.

Avec les informations d’Alix Villeneuve

Nouveau-Brunswick

Développement économique