•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les contrôleurs routiers serrent la vis aux taxis illégaux du Vieux-Hull

Montage photo montrant le toit d'une voiture avec une illustration pointillée d'un logo de taxi.

Une cinquantaine de chauffeurs ont été interceptés lors des opérations de Contrôle routier Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Chantal Mainville

Jérôme Bergeron

Six chauffeurs ont été pincés pour avoir violé la Loi sur le transport par taxi au cours des dernières semaines, dans le Vieux-Hull à Gatineau, selon ce qu’a appris Radio-Canada. Trois de ces conducteurs ont reçu une contravention pour avoir offert des services de taxi illicites.

Deux mois après la diffusion de notre reportage sur la présence de taxis clandestins dans le Vieux-Hull, des agents de Contrôle routier Québec (CRQ) ont mené deux opérations concertées avec le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), les jeudis 6 et 13 juin en soirée.

Trois conducteurs faisaient du taxi sans détenir de permis de taxi, explique le directeur régional de CRQ, Luc Gagné. Au total, une cinquantaine de chauffeurs ont été interceptés lors de ces opérations.

La peine est très dissuasive, c’est une somme de 3750 $. [...] Les gens prennent conscience que de partir un jeudi soir pour faire quelques sous et offrir un service de raccompagnement, c’est illégal de le faire.

Luc Gagné, directeur régional chez Contrôle routier Québec

Les contrôleurs ont également remis trois contraventions à des chauffeurs de taxi pour avoir tenté d’offrir un service dans une autre agglomération que celle déterminée par leur permis. La loi actuelle détermine le secteur dans lequel le détenteur d'un permis de taxi peut transporter des clients.

Chaque opération a duré environ cinq heures. Les contrôleurs routiers ont également vérifié si les chauffeurs de taxi détenaient les permis nécessaires et si leur véhicule était en bon état mécanique.

Un phénomène unique à Gatineau?

Contrôle routier Québec (CRQ) promet de garder à l’œil les chauffeurs et de mener d’autres opérations du genre au cours de l’été, afin de serrer la vis aux conducteurs qui offrent un service de raccompagnement dans l’illégalité.

L’organisme gouvernemental — qui relève la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) — affirme que la présence de « taxis fantômes » semble être unique à la région de l'Outaouais.

Ce phénomène-là [de taxis illégaux] n’est pas perceptible ailleurs. Ça semble être localisé présentement en fonction de la desserte, dans la région de Gatineau, précise Luc Gagné, qui est aussi responsable de la grande région de Montréal et de la Montérégie.

L’enquête menée par Radio-Canada révélait que de nombreux citoyens s'adonnaient à des activités illégales de transport, notamment en raison d’un manque d’offre de taxis dans le Vieux-Hull. CRQ affirme que l’offre de taxis licites dans ce secteur semble s’être grandement améliorée depuis.

Une offre encore insuffisante, selon certains

Or, selon Vision centre-ville, qui représente les tenanciers de bars du secteur, l’offre n’est toujours pas suffisante et c’est ce qui créerait ce « marché noir du taxi ».

Ce n’est pas [aussi criant que l’hiver], étant donné que c’est la saison estivale. Les gens, ça les dérange moins de rester à l’extérieur, mais, oui, il manque encore des taxis, explique un membre de l'organisme, Alexandre Leblanc.

Il exhorte le gouvernement à retirer de la réglementation québécoise la notion d'agglomération, afin de laisser les véhicules des autres secteurs de Gatineau offrir un service aux clients du Vieux-Hull.

Le projet de loi québécois visant à moderniser l'industrie du transport rémunéré de personnes par automobile, déposé en mars dernier, prévoit l'abolition des agglomérations de taxi, ainsi que du contingentement du nombre de véhicules qui peuvent les desservir.

Ottawa-Gatineau

Transports