•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Heures supplémentaires : l'été s’annonce difficile au CIUSSS

Une infirmière qui tient un étui est debout dans un corridor d'hôpital.

Une infirmière au travail

Photo : Radio-Canada

Louis Martineau

Le recours aux heures supplémentaires risque de s'accentuer cet été dans les établissements du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-St-Jean.

Selon le Syndicat des professionnelles en soins de la région, pas moins de 600 quarts de travail ne sont toujours pas comblés entre le début du mois de juillet et la fin du mois d'août.

Les départements d’obstétrique, les urgences et les blocs opératoires risquent d'être les plus touchés.

Le processus de migration de plusieurs postes à temps partiel vers des postes à temps plein devait notamment permettre de régler cette situation, mais la réponse des candidates n'a pas été à la hauteur des attentes.

La présidente du syndicat affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Julie Bouchard, explique que les infirmières donnent peu de disponibilité à l’employeur notamment parce qu’elles sont épuisées.

Julie Bouchard pose devant des affiches de la FIQ

La présidente du syndicat affilié à la FIQ, Julie Bouchard.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Les gens préfèrent demeurer à temps partiel et faire quelques quarts supplémentaires qu’elles vont décider de faire, à l’endroit où elles veulent le faire, plutôt que de garder une disponibilité à temps complet, mentionne-t-elle.

Une situation récurrente, dit le CIUSSS

Le CIUSSS ne peut s’avancer sur le nombre de quarts de travail à combler en raison du caractère évolutif de la situation. La direction assure que différentes mesures ont été mises en place afin de mieux planifier la saison estivale.

C’est une situation qui revient toutes les années. Afin de bien s’y préparer, on se prépare des mois à l’avance. C’est un moment qui est difficile et qui nécessite d’envisager plusieurs scénarios pour anticiper les besoins.

Marie-Pierre Maheux, porte-parole, CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean

La porte-parole explique que les directions de chaque secteur sont rencontrées pour cibler les besoins.

On va également maximiser la disponibilité du personnel en leur garantissant les heures pour lesquelles ils [les employés] ont mis de la disponibilité, poursuit Marie-Pierre Maheux.

Saguenay–Lac-St-Jean

Établissement de santé