•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa financera des projets pour favoriser l'accès à des aliments sains

Deux enfants se faisant face mangent chacun une pomme.

Ottawa cherche à faire ce qu'il peut pour s'assurer que tous les Canadiens aient accès à des aliments frais et sains.

Photo : Getty Images / iStock

Radio-Canada

Le système alimentaire canadien a besoin d’un sérieux coup de barre, selon le gouvernement fédéral, qui a présenté lundi son plan pour remédier à la situation.

« Notre vision est ambitieuse », a lancé la ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, qui était à Montréal pour énoncer les grandes lignes de la nouvelle politique alimentaire pour le Canada.

« Trop de Canadiens n’ont pas d’accès fiable à des quantités suffisantes d’aliments sains. Trop d’enfants essaient d’apprendre le ventre vide. Et nous gaspillons plus de 11 millions de tonnes métriques de nourriture chaque année, d’une valeur de près de 50 milliards de dollars », peut-on lire dans le communiqué qui annonce la mesure.

Fort de 134 millions alloués sur cinq ans dans le plus récent budget, le gouvernement a reçu les commentaires « de plus de 45 000 Canadiens, y compris des producteurs et des transformateurs d’aliments, des spécialistes de l’environnement, de la santé et de la sécurité alimentaire [et] des groupes autochtones » afin de bâtir sa politique.

Marie-Claude Bibeau, debout au micro dans un jardin, avec Jean-Claude Poissant à sa gauche.

La ministre de l’Agriculture Marie-Claude Bibeau était accompagnée de son secrétaire parlementaire Jean-Claude Poissant, lundi, à Montréal.

Photo : Radio-Canada

« Il y a plusieurs obstacles qui peuvent empêcher une personne d’accéder à des aliments sains, à commencer bien sûr par la pauvreté », a pour sa part offert le secrétaire parlementaire de la ministre, le député Jean-Claude Poissant, en conférence de presse.

La nouvelle politique d’Ottawa vise donc quatre objectifs : aider les collectivités canadiennes à se procurer des aliments sains; faire des aliments canadiens le premier choix au pays et à l’étranger; soutenir la sécurité alimentaire dans les collectivités autochtones et du Nord; réduire le gaspillage alimentaire.

Entrevue avec la ministre fédérale de l'Agriculture, Marie-Claude Bibeau, à l'émission RDI Économie

Plusieurs chemins pour s’y rendre

Ottawa crée d’abord un conseil consultatif qui réunira l’expertise nécessaire afin de guider le gouvernement à bon port dans ce dossier.

Il annonce ensuite le lancement du Fonds des infrastructures alimentaires locales, à raison de 50 millions pour cinq ans. Cet argent servira à « appuyer les projets communautaires qui améliorent l’accès à des aliments salubres, sains et diversifiés sur le plan culturel » à coup d’enveloppes de 25 000 $ par projet.

Sinon, on lancera aussi bientôt une campagne afin de trouver « les idées les plus novatrices pour la réduction du gaspillage alimentaire », autant dans les secteurs de la transformation des aliments que dans ceux de l’alimentation au détail et des services alimentaires.

Ottawa veut aussi s’attaquer à la fraude alimentaire « pour protéger les consommateurs contre les représentations trompeuses et les entreprises contre la concurrence déloyale ».

Politique fédérale

Politique