•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une maladie mortelle pour des oiseaux est peut-être de retour

L'oiseau semble gonflé et malade. Il a de la nourriture régurgitée autour du bec.

Un roselin pourpré qui montre des symptômes de la trichomonose, une maladie mortelle pour les oiseaux causée par un parasite.

Photo : Gracieuseté de Jeannie Fraser

Radio-Canada

Des défenseurs de l’environnement recommandent aux gens de retirer de leur propriété les mangeoires ou bains d’oiseaux à la suite du signalement de quatre cas possibles de trichomonose en Nouvelle-Écosse.

La trichomonose est une maladie infectieuse et mortelle pour les oiseaux qui en sont atteints. Elle se manifeste par une infection de la gorge qui les empêche d’avaler. Elle se transmet aux oiseaux dans des milieux humides comme les mangeoires et les bains de jardin.

En Atlantique, elle attaque particulièrement des oiseaux qui se nourrissent de graines, comme le chardonneret ou le roselin pourpré.

Des gens ont signalé des roselins pourprés potentiellement atteints dans les régions d’Halifax, du Cap-Breton et de Hants Ouest, indique le président de la Société d’ornithologie de la Nouvelle-Écosse, David Currie.

Le fait que les quatre cas ont été signalés en moins de 48 heures est un peu inquiétant, explique M. Currie. Il s’agit peut-être du début d’une épidémie, selon lui.

Le Centre canadien coopératif de la santé de la faune recommande le retrait des mangeoires et des bains d’oiseaux durant toute éclosion de la maladie.

Les oiseaux atteints en meurent, souligne David Currie. Quand les gens les découvrent, ils ont habituellement l’air gonflés et léthargiques. Il leur reste peu de temps à vivre à ce moment.

Les gens n’ont toutefois pas à retirer les mangeoires pour colibri, précise-t-il, car la maladie ne semble pas toucher cet oiseau.

Gros plan sur le bec de l'oiseau malade

La présence de nourriture régurgitée autour du bec est un signe de trichomonose.

Photo : Gracieuseté de Jeannie Fraser

Une résidente de Ben Eoin, Jeannie Fraser, dit avoir remarqué vendredi un roselin pourpré qui avait de la nourriture régurgitée dans les environs de son bec, ce qui est un signe de la maladie. Elle a pu s’en approcher et le photographier avant qu’il ne s’envole. Elle l’a revu plus tard le même jour, mais non depuis ce moment. L’oiseau avait de la difficulté à avaler, dit-elle, en ajoutant qu'elle trouvait cela horrifiant.

David Currie invite les gens à signaler tout incident du genre, ce qui aide les ornithologues à mesurer l’ampleur de la situation.

La Société d’ornithologie demande aux gens qui trouvent des oiseaux morts de les congeler et de communiquer avec les services provinciaux de la faune pour qu’ils soient testés en laboratoire.

David Currie estime que des milliers d’oiseaux sont morts de la trichomonose en 2017. L’an dernier, une centaine de cas possibles ont été signalés, mais seulement 18 ont été confirmés.

La trichomonose sévit dans les provinces de l’Atlantique depuis 2007. Elle commence habituellement à se manifester à la mi-juin. La maladie ne présente aucun danger pour les personnes ni les chats ou les chiens. Toutefois, les oiseaux de compagnie et la volaille sont à risque.

Avec les renseignements de Mairin Prentiss, de CBC

Nouvelle-Écosse

Nature et animaux