•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Côme-Linière coupée en deux par des travaux du MTQ, le maire consterné

Le chantier du pont de Saint-Côme-Linière

Le pont de Saint-Côme-Linière est fermé pour 16 semaines.

Photo : Courtoisie/Municipalité de Saint-Côme-Linière / Nicolas Veilleux

David Rémillard

Le maire de Saint-Côme-Linière, Yvon Paquet, réclame un nouveau pont pour ses citoyens depuis plusieurs années. Il a plutôt obtenu une réfection de l'ancien. Les travaux couperont sa ville en deux pour les 16 prochaines semaines.

Comme la plupart des municipalités de la Beauce, Saint-Côme-Linière est séparée en deux par une rivière. Un tiers de ses habitants résident sur la rive ouest de la rivière du Loup, un affluent de la Chaudière, les autres à l'est.

Et comme toutes ces municipalités, il y a un pont, un seul, pour franchir l'obstacle naturel.

Depuis ce matin, celui de Saint-Côme-Linière, une municipalité d'environ 3200 habitants, est barré à toute circulation. Seuls les piétons peuvent traverser actuellement. Le pont sera fermé jusqu'au 7 octobre prochain.

On est coupé, déplore le maire Yvon Paquet. Pour ceux qui auraient à traverser en voiture, il faut passer par Saint-Théophile ou Saint-Georges, précise le maire.

On allait sur la Lune quand j'étais jeune. Je ne peux pas croire qu'on est pas capable de faire passer les voitures sur le pont pendant la réparation.

Yvon Paquet, maire de Saint-Côme-Linière

La situation affecte davantage la population qui se trouve sur la rive ouest, puisque la majorité des services, comme la pharmacie et la caisse populaire, se trouvent à l'est.

Projet refusé

Les travaux majeurs sur le pont , au coût de 1,6 million de dollars, sont un prix de consolation pour la municipalité.

On a jamais pu obtenir de pont neuf, affirme le maire, qui affirme que l'ancien gouvernement dirigé par le Parti libéral n'a pas donné suite à une proposition de la Ville.

On se rappelle, c'était l'austérité. [...] Nous, au moment où on l'a demandé, même avec notre pétition de 1000 noms, on a pas eu ce qu'on voulait, ajoute-t-il.

Saint-Côme-Linière était prête allonger un million de dollars pour le pont neuf. Elle aurait réclamé une somme équivalente des gouvernements provincial et fédéral. On avait pas de pouvoir politique assez grand.

Québec

Transports