•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Airbus annonce la vente de 50 avions A220-300 au Bourget

Un appareil A220-300 – qui remplace le CS300 - fabriqué par Airbus.

Photo : Reuters / Regis Duvignau

Radio-Canada

Le constructeur aéronautique Airbus annonce au premier jour du salon aéronautique du Bourget la vente d’une centaine d’appareils, dont 50 A220-300 (ancienne C Series) au locateur américain Air Lease.

Il s’agit certes d’une bonne nouvelle pour les travailleurs de l’usine Airbus de Mirabel qui produisent l'A220-300, issu de la C Series cédée au géant européen par Bombardier en octobre 2017.

L’entente annoncée lundi par le locateur d’avions Air Lease (ALC), basé à Los Angeles, comprend une lettre d’intention pour l’achat de 27 appareils A321XLR, ainsi que 23 appareils A321neo et de 50 avions A-220-300. La valeur au catalogue de cette commande est estimée à plus de 7,5 milliards de dollars américains, dont plus de 4,6 milliards pour les 50 Airbus A220-300.

Avec un historique de commande de 387 appareils depuis 2010, Air Lease est le troisième client en importance du constructeur Airbus. C’est cependant la première fois que le locateur américain fait l’acquisition d’appareils de la gamme A220.

À la fin mai 2019, le carnet de commandes de l'A220 comprenait 536 appareils. Cet avion entièrement conçu par le constructeur canadien Bombardier offre des économies de carburant qui peuvent atteindre 20 % en plus d’une réduction notable du bruit généré par ses moteurs.

Airbus a fait de l'A220 son fer de lance pour percer le lucratif marché des avions de 100 à 150 places qui est estimé à plus de 7000 appareils dans le monde au cours des 20 prochaines années, peut-on lire dans un communiqué publié par Airbus.

L'A220 prend son envol

Commentant ce qu’il qualifie de « partenariat » entre Airbus et Bombardier pour la mise en marché des avions de la C Series, le PDG d’Airbus Canada, Philippe Balducchi, a expliqué que ce qu’il manquait à Bombardier c’était d’abord des ressources financières et la force du réseau international d’Airbus pour assurer une bonne mise en marché des A220.

Qui plus est, a souligné Philippe Balducchi, les efforts d’Airbus pour réduire les coûts de production de l'A220 semblent aussi porter fruit.

Quant à l'A321XLR, qui sera livré à partir de 2023, il s’agit d’un nouvel appareil conçu par Airbus destiné aux vols de longue distance pouvant atteindre 4700 milles nautiques soit de l’Europe jusqu’aux États-Unis. Airbus promet une consommation de carburant 30 % moins élevée par siège par rapport aux générations précédentes avec son nouveau A321XLR qui lui permettra du même coup de concurrencer le géant américain Boeing dans ce marché.

« Cela permettra aux opérateurs d'ouvrir de nouvelles routes mondiales telles que l'Inde vers l'Europe ou la Chine vers l'Australie, ainsi que d'étendre la portée sans escale de la famille sur les vols transatlantiques directs entre l'Europe continentale et les Amériques », affirme Airbus dans un communiqué.

Boeing présente ses excuses une fois de plus

Toujours embarrassés par les problèmes du 737 MAX qui ont entraîné leur interdiction de vol à la suite de l’écrasement des vols de Lion Air et d'Ethiopian Airlines qui ont fait 346 morts en octobre 2018 et en avril 2019, les dirigeants de Boeing ont une fois de plus présenté des excuses au premier jour du salon du Bourget.

Accompagné de quatre autres dirigeants du constructeur américain, le président de Boeing, Dennis Muilenburg, a offert ses condoléances aux familles des victimes de deux tragédies.

Les dirigeants Boeing n’ont par ailleurs pas été en mesure d’indiquer quand les 737 MAX pourront être recertifiés et reprendre du service. Outre les problèmes signalés avec les logiciels d’aide au pilotage et des capteurs qui seraient défectueux, des problèmes dans la conception même de l’appareil pourraient aussi être en cause.

Le retour en service sécuritaire du 737 MAX est notre priorité. C’est un effort d’équipe qui mobilise les meilleurs talents au sein de Boeing, mais aussi des experts et des ressources de l’extérieur.

Dennis Muilenburg, président de Boeing

Industrie aéronautique

Économie