•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel outil de cartographie a aidé la Ville d'Ottawa à gérer les inondations

Mme Gibbons sourit en regardant la caméra.

Laila Gibbons, directrice du Service des routes et du stationnement de la Ville d'Ottawa

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer/CBC

Radio-Canada

Les employés de la Ville d’Ottawa disposaient d’un nouvel outil pendant les inondations du printemps : un programme de cartographie leur montrait les impacts de chaque centimètre de hausse du niveau de l’eau sur les infrastructures et les bâtiments.

Laila Gibbons, la directrice du Service des routes et du stationnement de la Ville d'Ottawa, a affirmé que l’utilisation de cet outil a contribué à la décision de déclencher l’état d’urgence après la publication des prévisions de crue de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais (CPRRO) en avril.

Lorsque nous avons intégré les données de la prévision dans notre système pour voir ce dont cela aurait l’air, il y avait certains endroits en ville qui allaient subir des dommages surpassant le seuil des inondations de 100 ans, a mentionné Mme Gibbons.

C’était un changement significatif par rapport à ce qu’on entrevoyait seulement quelques jours auparavant, a-t-elle dit.

Une carte montrant le secteur de Cumberland, à Ottawa.

Cette carte du secteur de Cumberland a été développée avec l'outil de cartographie. Les zones en rouge seraient touchées par une augmentation de 30 cm du niveau de l'eau.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer/CBC

Coût de 160 000 $

L’outil de cartographie permet aux employés de la Ville de prévoir les impacts de la hausse du niveau de l’eau sur les routes, les infrastructures municipales et sur les propriétés privées, a décrit Mme Gibbons.

Le logiciel a été développé au cours de la dernière année et a coûté un peu moins de 160 000 $.

Le programme utilise la technologie lidar, une technique d’arpentage laser numérique, ainsi que des cartes datant de 2015. Cela permet à la Ville d’identifier les endroits les plus à risque et ainsi mieux guider les propriétaires, les bénévoles et les membres des Forces armées canadiennes qui interviennent sur le terrain.

En 2017, nous avons assumé là où l’eau allait se rendre, a admis Mme Gibbons. Cette fois-ci, nous avons été en mesure d’identifier les vrais endroits où l’eau inondait les routes et les propriétés.

Une carte de Constance Bay dans un ordinateur portable.

La carte montre les impacts de l'inondation de 2019 sur la promenade Bayview, dans le secteur de Constance Bay.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer/CBC

L’outil sera rendu public

L’une des faiblesses de l’outil est que les cartes de 2015 ne montrent pas les améliorations faites par les propriétaires et la Ville dans la foulée des inondations de 2017, comme l’élévation des résidences ou la construction de la digue à berme, située sur la rue Jamieson, qui protège le secteur Britannia.

Mme Gibbons a aussi indiqué que les cartes devront être mises à jour pour inclure les eaux souterraines, qui touchent les secteurs plus éloignés des cours d’eau.

La Ville développe présentement une version de l’outil qui sera accessible au public afin que les citoyens puissent voir leur résidence, a ajouté Mme Gibbons.

Un porte-parole de la Ville de Gatineau a soutenu que la Ville collabore avec les municipalités avoisinantes afin d’améliorer les technologies de cartographie et de communications dans les secteurs de la région touchés par les inondations.

Le gouvernement du Québec a annoncé en mars 2018 un octroi de 2,8 millions de dollars dans le but de développer ces projets.

Avec les informations de Matthew Kupfer de CBC

Ottawa-Gatineau

Infrastructures