•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermetures successives au centre-ville de Sherbrooke

La porte d'entrée du Rabbit Hole.

La porte d'entrée du Rabbit Hole à Sherbrooke. Le bar a cessé ses activités.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En moins d'un mois, quatre commerces du centre-ville de Sherbrooke ont fermé leurs portes. De ceux-ci, trois étaient des bars. La jeune clientèle semble délaisser le secteur.

Ouverts depuis moins de deux ans, les établissements Les Grands-Ducs de Wellington et le Rabbit Hole n'étaient pas rentables. Les commerçants s'entendent sur le fait qu'ils devront s'adapter à la nouvelle réalité des consommateurs.

Tout le monde a son cellulaire. Moi, quand j'étais à l'université ou au cégep, je n'avais pas 80 $ par mois à payer pour un cellulaire. Ce qui fait que les jeunes qui consomment dans les bars, ils vont consommer avant d'arriver. Ils vont consommer moins sur place, explique la directrice des opérations au Rabbit Hole, Karine Blanchette. Surtout, ici, c'est un bar à cocktails avec peut-être des boissons plus chères, ça vient avec une qualité aussi, mais ça devient difficile à rentabiliser, poursuit-elle.

Les soirées dansantes seraient moins appréciées, selon un des associés des Grands-Ducs de Wellington, Jimmy Forgues. Les Sherbrookois commencent à apprécier davantage le temps à prendre une bière de microbrasserie. On dirait que c'est rendu ça qui intéresse les gens de Sherbrooke, avance-t-il.

Les commerçants aimeraient recevoir davantage d'aide pour permettre à leur entreprise de survivre aux premières années d'activités.

On doit, chaque fois qu'il y a des commerces qui ferment, faire le point. On doit regarder s'il y a quelque chose de plus que l'on peut faire pour les aider. En même temps, la vie commerciale, c'est ça. Il y a des commerces qui partent, d'autres qui arrivent, mais dans le secteur commercial, quel qu'il soit, on a des grands enjeux. On est en transformation en ce moment, explique le président de Commerce Sherbrooke, Rémi Demers.

Ce dernier concède que ces fermetures successives ne sont par réjouissantes. Il se veut toutefois rassurant, le meilleur s'en vient pour le centre-ville, a t-il dit, en mentionnant le projet de revitalisation de la rue Wellington Sud.

D'ailleurs, une rencontre concernant le projet Espace Centro aura lieu le 19 juin au Musée de la nature et des sciences.

Estrie

Commerce