•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un complice du violeur et tueur en série Allan Legere est mort

Allan Legere quitte le palais de justice les menottes aux poignets.

Allan Legere en novembre 1991.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Un des deux complices du violeur et tueur en série Allan Legere dans un meurtre commis au Nouveau-Brunswick en 1986 est mort.

Un porte-parole de Service correctionnel Canada (SCC) a annoncé que Scott Michael Curtis, 52 ans, est mort le 7 juin apparemment de causes naturelles à la suite d’une maladie non précisée.

Scott Curtis avait obtenu une libération conditionnelle, mais le SCC a confirmé que l'individu était sous sa juridiction au moment de son décès.

Meurtrier à 19 ans

Scott Curtis avait été condamné à la prison à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 16 ans, pour le meurtre au deuxième degré de John Glendenning, survenu le 21 juin 1986 à Black River Bridge, au Nouveau-Brunswick.

L’homme de 66 ans, un épicier, avait été battu à mort. Sa femme avait été violée, battue et laissée pour morte. Trois personnes avaient été condamnées pour ces crimes : Scott Curtis, Todd Matchett et Allan Legere.

Allan Legere : la chronologie des événements

Legere s'est évadé en 1989 en s’enfuyant de l’hôpital Dr-Georges-L.-Dumont, à Moncton, où les services correctionnels l’avaient conduit pour soigner une infection à l’oreille.

Durant une cavale qui a traumatisé le Nouveau-Brunswick, Legere a commis quatre autres meurtres et au moins trois autres viols avant d'être capturé de nouveau par la GRC, sept mois plus tard.

Allan Legere, qui a été surnommé le « Monstre de la Miramichi », est toujours en prison et il est aujourd’hui âgé de 71 ans.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers