•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montebello Rock : moins de monde, beaucoup de boue, de « vrais fans »

Des dizaines de festivaliers ont bravé la pluie pour écouter divers groupes au Montebello Rock.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Malgré la forte pluie et la faible ampleur du festival par rapport au Rockfest des dernières années, participants et organisateurs se sont dits heureux du premier Montebello Rock, qui avait lieu cette fin de semaine.

Deux jours au lieu de trois, 25 groupes au lieu de plus de 70, aucune tête d'affiche de l'envergure de Rammstein ou de Korn... La programmation du Montebello Rock risquait déjà d'attirer moins de spectateurs que celle de son grand frère, le Rockfest de Montebello, dont le promoteur a déclaré faillite l'an dernier.

Et c'était sans compter sur les caprices de dame Nature. Ça a été la pire température de l'histoire du festival, a affirmé Alex Martel, fondateur des deux événements.

Alex Martel en entrevue devant l'hôtel de ville de Montebello.

Alex Martel est content de la première mouture du Montebello Rock, malgré la température peu clémente des derniers jours.

Photo : Radio-Canada

Les festivaliers ont bravé la pluie, pataugé dans la boue, composé avec des tentes inondées. Malgré la météo et le plus petit nombre de spectateurs, M. Martel est optimiste. C'est une belle première édition de retour aux sources, a-t-il dit.

Je sens que c'est le début de quelque chose.

Alex Martel, fondateur du festival Montebello Rock

Le fondateur du festival ne peut pas encore confirmer son retour l'an prochain, puisqu'il doit d'abord faire un bilan et prendre du recul, mais il voit difficilement comment il pourrait « arrêter de faire ça ».

Les « vrais fans » sont présents

De nombreux amateurs de musique rock ont admis que la météo ne leur avait pas facilité la vie ce week-end.

Il fallait être préparé, j'ai amené du linge de rechange et ce n'était pas assez, a raconté Marc Brodeur, qui est venu pour la quatrième fois au festival de rock de Montebello. On était tout dégueulasses. Il y avait quasiment un pied de bouette à certains endroits sur le site.

Deux paires de souliers boueux dans le gazon.

Des souliers boueux ont été laissés derrière au Montebello Rock.

Photo : Radio-Canada

Les festivaliers ont toutefois su installer une bonne ambiance. Ils ont su avoir du fun malgré la glaise, dans la glaise, avec un ballon, a rapporté Stéphane Normand, responsable du camping de l'événement.

Deux festivaliers en entrevue.

Bruce Francoeur et Karine Gamache ont affirmé qu'ils reviendraient l'an prochain.

Photo : Radio-Canada

Les gens présents étaient unis par leur grand attachement pour ce festival et la volonté que celui-ci continue d'exister.

Ceux qui étaient là en fin de semaine, ce sont les vrais. C'est du monde comme nous qui va faire que ça va progresser et que ça va revenir, a affirmé Bruce Francoeur, ajoutant vouloir encourager Alex Martel.

Des effets sur les commerçants

Certains commerçants ont constaté un impact négatif sur leur chiffre d'affaires, comme Christian Thériault, propriétaire du Valentine mobile.

Je m'attendais peut-être à 50 % de l'achalandage de l'an passé. Là, c'est peut-être 80 ou 90 % de moins, donc on a eu de la misère à faire nos frais, a jugé M. Thériault.

D'autres ont constaté des effets positifs à ces changements.

C'était mieux, parce que la rue principale était débloquée, donc on pouvait avoir quand même des touristes et des clients habituels, même si le festival était ici, a évalué Alain Larivière, président des Brasseurs de Montebello. Les autres années, les gens ne pouvaient pas stationner dans la rue.

Tous ont dit espérer que le festival sera de retour l'an prochain.

Avec les informations de Jean-François Poudrier

Ottawa-Gatineau

Musique rock