•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rencontre avec les minières du Québec pour améliorer la sécurité des opérations souterraines

Mineur.

Un travailleur des mines

Photo : iStockphotos

Piel Côté

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rencontré cette semaine plusieurs entreprises minières de la région et d'ailleurs au Québec. Le but était de discuter d'enjeux de sécurité liés aux opérations minières souterraines.

Les représentants des médias n'ont pas été autorisés à assister à cette rencontre, dont l'objectif était d'améliorer la sécurité des travailleurs.

Les différents participants ont également convenu de garder confidentiels les propos tenus lors de la rencontre.

Des membres des directions des mines de la Gaspésies-Îles-de-la-Madeleine, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de l'Abitibi-Témiscamingue ainsi que des syndicats étaient présents.

Selon la CNESST, cette rencontre n'a toutefois pas été mise sur pied en raison d’événements récents qui seraient survenus dans une mine, même si son porte-parole, Yvon Grégoire, admet que par le passé des événements ont préoccupé [la CNESST].

L'objectif était d'échanger sur les rôles, celui de la commission, les rôles de l'employeur et les rôles des syndicats et le sujet commun était les préoccupations des mines en gestion de la santé et sécurité, a expliqué Yvon Grégoire.

Il a rappelé aussi qu'en vertu de la loi, la sécurité est une responsabilité partagée, mais qui incombe surtout à l'employeur. Par contre, [la CNESST] veut les aider là-dedans.

Les grandes minières de la région présentes

Les grandes minières de la région étaient pour la plupart toutes présentes à la rencontre, comme Agnico Eagle et Eldorado Gold.

Quand on parle de sécurité des travailleurs, ce n'est pas juste une opportunité de partager ces initiatives en sécurité, c'est plutôt un devoir de le faire pour mener notre industrie plus loin, affirme le directeur général de la mine LaRonde, Christian Goulet.

Il a également salué l'initiative de la CNESST d'apprendre à mieux connaître ses homologues des autres mines.

Il faut voir ce que l'on peut faire pour aider à faire avancer notre industrie et les gens en place changent de temps à autre, donc c'est bien de se rencontrer.

Les syndicats veulent collaborer

Le Syndicat des Métallos de la mine Westwood était également sur place.

Le président de la section locale, André Racicot, souhaite que ce genre de réunion puisse mener à une baisse du nombre d'accidents de travail dans les mines.

On veut avoir un bon rapport avec les employeurs pour travailler ensemble, pour tirer sur la même corde et parler de sécurité. Le but que l'on veut atteindre est la sécurité des travailleurs. Si on ne travaille pas en collaboration, on va manquer le bateau. On n'a pas de chance à prendre pour manquer une occasion de travailler ensemble et de parler de prévention, souligne-t-il.

L'Association minière du Québec, par le biais de sa directrice générale, Josée Méthot, était également présente. Nous sommes tous là pour la même raison, c'est-à-dire la sécurité des travailleurs. En travaillant avec la CNESST, pour mieux comprendre leur fonctionnement, on peut tous travailler ensemble afin d'améliorer la santé et sécurité des gens, dit-elle.

La CNESST n'exclut pas de convier à nouveau les acteurs de l'industrie à d'autres rencontres similaires.

Abitibi–Témiscamingue

Prévention et sécurité