•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des policiers fatigués, admet le chef de la police de Winnipeg

Une véhicule de la police de winnipeg et une ambulance.

La police de Winnipeg dénombre 22 homicides depuis le début de l'année.

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine

Radio-Canada

Le chef de la police de Winnipeg est inquiet pour le bien-être de son équipe. L’année est plus occupée qu’à l’habitude ce qui se traduit par de longues heures supplémentaires.

Winnipeg a déjà 22 homicides cette année, le même nombre que le total enregistré en 2018 et qui est habituellement la moyenne annuelle.

La fatigue nous préoccupe, admet le chef de la police de Winnipeg, Danny Smyth.

Depuis le début de l’année, l’équivalent de 9 000 heures supplémentaires a été réclamé en lien avec les enquêtes pour homicides.

La charge de travail est si importante, que la police de Winnipeg a dû demander l’aide de l’unité d’enquête des crimes majeurs pour certaines enquêtes, confirme Danny Smyth.

Avec autant de ressources utilisées pour enquêter sur les nombreux homicides, les cas qui ne sont pas urgents s’empilent.

Le chef de la police confirme qu’il y a parfois des centaines d’appels en attente d’une réponse, une situation frustrante pour tout le monde, admet-il.

Danny Smyth indique que la police de Winnipeg a réussi dans les deux ou trois dernières années à réduire d’environ 1 million de dollars le budget des heures supplémentaires.

Il mentionne également que le service n’a jamais eu à demander plus d’argent pour couvrir ce genre de dépense difficile à prévoir, mais qu’il ne peut pas assurer que ce sera encore le cas cette année.

Manitoba

Forces de l'ordre