•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le seul trophée qui manque à Toronto est celui du Super Bowl

Photo d'un homme qui tient dans les airs un trophée avec un ballon de couleur or.

Le joueur vedette des Raptors, Kawhi Leonard, tient dans les airs le trophée Larry O'Brien.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Matthew Cullen

La Ville Reine est connue pour vibrer au rythme des saisons des Maple Leafs et des Blue Jays. Elle compte d'ailleurs plusieurs championnats à son actif. Maintenant que le trophée Larry O’Brien est entre ses mains, il ne lui manque plus que le trophée Vince-Lombardi.

Dans les stades américains où se sont tenus les matchs de la NBA, une question de partisans est revenue plusieurs fois : « dans quelle autre ville voit-on autant de partisans à l'extérieur du stade, comme au Jurassic Park, pour regarder un match? Nous, on ne fait pas ça. »

Les amoureux du basketball ont été agréablement surpris de voir à quel point ce sport comptait désormais aussi pour les Torontois.

Mais avant la victoire des Raptors, Toronto a vécu d'autres succès au cours des 20e et 21e siècles.

Jesperi Kotkaniemi, du Canadien, se prépare pour une mise en jeu contre John Tavares, des Maple Leafs.

Jesperi Kotkaniemi, du Canadien, se prépare pour une mise en jeu contre John Tavares, des Maple Leafs.

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

Les Maple Leafs ont remporté 11 Coupes de Stanley dans leur histoire, bien qu'aucune depuis 1967.

Quant aux Blue Jays, ils ont été couronnés deux fois de succès, comme champions des séries mondiales en 1992 et en 1993.

Il ne manque désormais plus qu'un trophée aux Torontois : celui du Super Bowl.

Vue du siège de Jean St-Onge au Super Bowl LI

Vue sur le terrain du Super Bowl LI

Photo : Radio-Canada / Jean St-Onge

Cela fait des années que l'idée de mettre en place une équipe de football américain à Toronto est sur la table. La dernière tentative a fini en catastrophe en 2013.

Les Bills de Buffalo ont joué un match par an à Toronto au Centre Rogers durant six saisons, de 2008 à 2013. C'était pour tester le marché canadien, mais il manquait terriblement d’ambiance dans le stade.

Un groupe d’investisseurs menés par le musicien Jon Bon Jovi n’a finalement pas réussi à acheter les Bills. Les matchs à Toronto se sont fait annuler en 2014.

Atlanta Falcons wide receiver Roddy White (84) hauls in a pass in front of Buffalo Bills cornerback Stephon Gilmore (24) during first half NFL action in Toronto on Sunday December 1, 2013. THE CANADIAN PRESS/Frank Gunn

Roddy White; Stephon Gilmore. Les Bills de Buffalo ont joué contre les Falcons d'Atlanta en 2013 au Rogers Centre à Toronto.

Photo : The Canadian Press / Frank Gunn

La NFL pourrait-elle fonctionner au Canada?

Il faudrait un nouveau stade, car le Centre Rogers vieillit, en plus d'être trop petit : 54 000 sièges seulement tandis qu'il en faudrait, au minimum, 60 000 pour un match de la NFL.

Qui serait prêt à payer ce nouveau stade?

Dans le monde sportif, la tendance veut qu’un stade soit généralement financé par des fonds privés.

Toronto Argonauts quarterback Ricky Ray (15) dives with the ball as he's tackled by Saskatchewan Roughriders linebacker Derrick Moncrief (42) during second half CFL football action in Toronto on Saturday, October 7, 2017. When Riders linebacker Moncrief tried to spin out of a tackle and slammed to the ground, he says it felt like he ???broke every bone in his shoulder.??? THE CANADIAN PRESS/Frank Gunn

L'ancien quart-arrière des Argonauts de Toronto Ricky Ray joue à BMO Field en 2017.

Photo : The Canadian Press / Frank Gunn

La Ville de Toronto pourrait-elle soutenir une équipe?

Les Argonauts de la Ligue canadienne de football (LCF) souffrent d’un manque de soutien depuis des années. Et ce même après que l’équipe eut déménagé à son nouveau stade BMO Field en 2016.

En moyenne, seulement 13 000 personnes ont assisté aux matchs en 2018.

Le monde sportif à Toronto a toutefois beaucoup changé depuis la mauvaise expérience des Bills en 2014.

Les partisans des Raptors de Toronto au Jurassic Park

Les partisans des Raptors de Toronto au Jurassic Park

Photo : Getty Images / Tom Szczerbowski

La passion pour le sport n’a été jamais plus forte que maintenant et Toronto demeure la quatrième plus grande ville d'Amérique du Nord, avec plus de 2,9 millions d'habitants en 2017.

Alors, la question se pose. Combien de temps faudra-t-il encore pour que la NFL cesse de tourner le dos à Toronto?

En attendant, la Ville Reine vivra encore une fois son moment de gloire lundi matin, quand les Raptors parcourront les rues lors du défilé officiel avec le trophée Larry O’Brien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Basketball