•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trop peu de centres de décontamination pour contrer les espèces envahissantes au Manitoba

Radio-Canada

Les centres pour décontaminer les bateaux de moules zébrées se font rares et sont ouverts à des heures restreintes, selon des plaisanciers manitobains.

Avec l'été qui arrive, de nombreux Manitobains sortent leurs bateaux. Pour éviter la contamination des moules zébrées, ils doivent cependant les faire nettoyer lorsqu’ils sont déplacés vers un nouveau cours d’eau.

L’un d’entre eux, Jason Vogelsang, a attendu patiemment jusqu'à midi pour pouvoir faire nettoyer son bateau à la zone d'embarcation du parc Selkirk.

Coque, moteurs, ancre, et gilets de sauvetage, tous les équipements en contact avec les eaux contaminées par les moules zébrées doivent passer au jet d'eau chaude.

Le but est d'éviter de la prolifération de l'espèce envahissante, mais ces unités de décontamination sont encore trop peu nombreuses et éloignées pour être efficaces, selon M. Vogelsang.

Je sais qu'il y a une unité à Selkirk ici et une autre à Headingley, mais je crois que c'est tout, dit-il.

Depuis plusieurs années, les moules zébrées menacent les lacs manitobains. Le mollusque envahisseur de la taille d’un ongle a eu un effet très négatif sur le lac Winnipeg. De nombreuses photos et des reportages montrant des tapis de moules zébrées collés sur les quais ou les plages de la région circulent.

Ses larves sont invisibles à l'œil nu, ce qui rend leur détection difficile. Confrontée à cette invasion, la province a mis en place six unités de décontamination. Le passage y est obligatoire pour tous les bateaux qui vont amarrer dans les zones contrôlées.

Or, ce programme ne fait pas l'unanimité. Je supporte le programme, mais ils ont besoin de plus de personnel et d'ouvrir les unités toute la journée, de 8 h le matin à 8 h le soir, lance Donovan Pearase.

Selon lui, les unités sont souvent ouvertes en milieu de journée, alors que les bateaux amarrent tôt le matin et rentrent le soir, lorsqu'elles sont déjà fermées.

À cause de cela, certains plaisanciers ne nettoient pas leurs bateaux et peuvent être sujets à des amendes pouvant atteindre 2000 dollars.

Qu'est-ce que vous feriez si l’on vous arrêtait pour vérifier si vous allez dans une zone contrôlée, est-ce que vous allez dire la vérité même si votre week-end en dépend?, lance M. Pearase.

Le directeur général des pourvoiries du Manitoba reconnaît que la province fait des efforts et voudrait mettre en place plus de centres de décontamination, mais a les mains liées autour du budget accordé.

Il faudrait davantage de sensibilisation pour qu'on prenne au sérieux l'ampleur du problème, selon lui. La province dit avoir étendu les heures d'opération de certaines stations et travaille à améliorer la situation.

En attendant, elle conseille aux conducteurs d'embarcations de suivre la procédureClean, Drain, Dry, Dispose, Decontaminate(nettoyer, drainer, jeter, décontaminer) pour nettoyer eux-mêmes leurs bateaux.

Avec les informations de Chloé Dioré de Périgny

Manitoba

Protection des écosystèmes