•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain prêt à lancer les travaux le long de son oléoduc

Les tuyaux sont sur des wagons de train, devant un paysage montagneux.

Trans Mountain confirme qu'un tiers des matériaux de canalisation aurait déjà été livré sur des sites en Colombie-Britannique et en Alberta.

Photo : Reuters / Dennis Owen

Radio-Canada

Alors que le gouvernement fédéral doit annoncer, d'ici mardi, s'il va de l'avant avec l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain, des maires de Colombie-Britannique observent déjà de l'activité sur les chantiers.

« Du défrichage de terrain, des clôtures de sécurité, du nivellement du terrain […] rien de majeur », dit le maire de Valemount, Owen Torgerson, en décrivant des travaux commencés par Trans Mountain dans sa ville.

« Il y a des activités sur les chantiers depuis huit semaines », dit-il.

Si l’expansion de l’oléoduc se réalise, la ville de Valemount accueillera ainsi un camp de travail pour 750 à 900 travailleurs.

« Rien n’est garanti. Je pense qu’on se prépare au cas où [la décision d'Ottawa est favorable au projet] », ajoute M. Torgerson.

Le tracé du pipeline Trans Mountain, en Colombie-Britannique.

Trans Mountain aurait déjà commencé des travaux dans des municipalités comme Valemount et Hope situé sur le tracé de l'oléoduc.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Hope, Peter Robb, remarque un nombre important de tuyaux qui sont empilés à la limite de sa municipalité, mais n'en tire pas de conclusions : « On attend de voir quelle sera la décision. ».

Dans un communiqué, Trans Mountain déclare que l'envergure du projet exige que les matériaux soient commandés longtemps à l'avance. Près du tiers des matériaux de canalisation aurait déjà été livré sur des sites en Colombie-Britannique et en Alberta.

Les différends concernant l'expansion du projet suscitent, depuis plusieurs mois, de vives tensions entre les deux provinces.

La Colombie-Britannique veut porter devant la Cour suprême du Canada sa volonté de légiférer pour contrôler le transport de pétrole sur son territoire.

L'Alberta et son nouveau premier ministre, Jason Kenney, pressent Ottawa d'aller de l'avant avec la construction.

Le 22 février, l’Office national de l’énergie a approuvé l’expansion de Trans Mountain et accordé 90 jours à Ottawa pour décider de son avenir. Cependant, en avril, le gouvernement fédéral s’est donné jusqu’au 18 juin pour annoncer sa décision.

Un projet qui divise

L'expansion de l'oléoduc Trans Mountain, qui a vu le jour en 1953, continue de diviser les Canadiens. Le but est de construire un deuxième pipeline pour relier Edmonton au terminal pétrolier de Burnaby, en Colombie-Britannique, au coût de 7,4 milliards de dollars. L’entreprise pourrait alors acheminer 890 000 barils de bitume quotidiennement vers la côte, soit trois fois plus qu'aujourd'hui.

D’après un reportage de Geneviève LaSalle

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière