•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Injures aux abords du chantier du centre-ville de Magog: les policiers appellent au calme

Des travailleurs au chantier du centre-ville de Magog.

Les policiers de Magog appellent au calme après que des signaleurs et travailleurs du chantier aient été victimes de gestes déplacés.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

Manque de civisme, injures, voies de faits. Depuis le début des travaux de revitalisation du centre-ville de Magog, plusieurs incidents sont survenus aux abords du chantier. La Régie de police de Memphrémagog lance un appel au calme.

Mardi, les policiers ont arrêté un piéton qui voulait forcer des barricades de sécurité. C’est sous enquête encore, mais ça a fini qu’il a eu des voies de fait commis sur deux employés du chantier et une résistance à l’arrestation, affirme Sylvain Guay, relationniste à la Régie de police de Memphrémagog

Mercredi, alors que des policiers prêtaient main-forte aux signaleurs à la suite d’une fuite de gaz, ils ont été témoins de l’impatience de certains citoyens.

On a vu des gens s’adresser aux signaleurs, aux travailleurs, en les injuriant, en leur présentant des doigts d'honneur. Et même nous comme policiers, on voyait que les gens manquaient de patience, klaxonnaient et n'obéissent pas nécessairement à nos directives, poursuit Sylvain Guay.

La Régie de police de Memphrémagog rappelle que c'est tolérance zéro pour les actes répréhensibles

Les policiers vont intervenir en donnant des constats pour les injures.

Sylvain Guay, relationniste, Régie de police de Memphrémagog

Pour l’instant, aucune contravention n’a été donnée, mais la régie croit nécessaire de faire un rappel à l’ordre destiné aux citoyens minoritaires, mais très dérangeants qui mettent la sécurité des travailleurs en danger.

La mairesse Vicky-May Hamm déplore aussi la situation. On a dû faire une publication sur Facebook qui a fait beaucoup jaser. Les gens faisaient tomber les clôtures. Tous les matins, l'entrepreneur devait replacer les clôtures. Il faut trouver des solutions. Je suis un peu surprise, je n’ai jamais eu à gérer ça. C'est sûr que ce n’est pas une majorité de gens, croit-elle.

La mairesse assure que la Ville met tout en oeuvre pour faciliter la vie des citoyens. À partir de lundi, des effectifs municipaux seront ajoutés pour guider piétons et automobilistes à travers la signalisation qui deviendra plus permanente.

Les vendredis, samedis et dimanches, des policiers feront des patrouilles à pied.

Estrie

Prévention et sécurité