•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le révérend Mukendi va présenter une défense

Le pasteur, le doigt pointant le ciel, regarde ses fidèles
Paul Mukendi s'adresse à ses fidèles Photo: Radio-Canada / FaceBook Ministère Paul Mukendi
Yannick Bergeron

La preuve de la couronne est close au procès du révérend Paul Mukendi, accusé d'agression sexuelle, de menaces de mort et de voies de fait armées sur une jeune femme.

Avant de libérer les jurés pour la fin de semaine, le juge Jean-François Émond leur a annoncé que la défense allait présenter sa preuve à compter de lundi matin.

L'identité et le nombre des témoins n'ont pas été divulgués. L'accusé n'est pas obligé de témoigner pour sa défense, mais pourrait le faire la semaine prochaine.

Père de la plaignante

La poursuite a terminé sa preuve vendredi avec deux témoins, dont le père de la plaignante.

Le paternel a raconté comment l'accusé était entré dans la vie de sa famille, imposant sa religion dans sa résidence.

S'il croyait au départ qu'héberger « un homme de Dieu » serait une bonne chose, le père a finalement quitté le domicile familial.

« Il m'a remplacé dans mon rôle de père », a-t-il dit au sujet de Mukendi.

Dernier témoin

Le troisième et dernier témoin de la poursuite aura été une ex-fidèle de l'église « Parole de Vie », fondée par Mukendi.

La trentenaire a raconté que le révérend pouvait se montrer plus sévère avec la plaignante que les autres fidèles de l'église.

Elle a aussi confié avoir elle-même entretenu une liaison avec le pasteur, et d'avoir été surprise par la plaignante alors qu'elle s'apprêtait à avoir des relations sexuelles avec l'accusé.

La témoin a aussi indiqué que le révérend l'a déjà forcée à effacer certains courriels, sans donner plus de détails.

Au départ prévu pour deux semaines, le procès va se poursuivre pour une troisième semaine à compter de lundi.

Québec

Procès et poursuites