•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les organismes fransaskois saluent les recommandations du Sénat sur les langues officielles

Denis Simard est en entrevue à la rotonde à la Cité.

Le président de l'ACF, Denis Simard, appuie sans réserves les recommandations du Sénat pour la modernisation de la Loi sur les langues officielles.

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Radio-Canada

Les organismes fransaskois jugent encourageantes les recommandations du rapport sénatorial sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles et disent les soutenir sans réserves.

« On est très heureux de voir le contenu des recommandations », se réjouit le président de l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), Denis Simard.

Il dit appuyer l’ensemble des recommandations du rapport du comité sénatorial permanent des langues officielles (Nouvelle fenêtre), dévoilé jeudi. Il affirme que trois de ces recommandations ont été présentées par des organismes fransaskois lors des consultations.

Il mentionne, par exemple, la cinquième recommandation qui propose d’exiger des organismes fédéraux de consulter les communautés de langues officielles minoritaires lors de la préparation des politiques et des programmes qui les concernent.

« Nous sommes en faveur de la notion de par et pour la communauté. Si ça va nous desservir, on doit être partie prenante. On doit être consulté pour savoir ce qui serait le mieux pour notre communauté », soutient-il.

Pour sa part, le président du Conseil scolaire fransaskois, Alpha Barry, affiche le même enthousiasme par rapport aux recommandations du Sénat.

Alpha Barry, le président du Conseil scolaire fransaskois, donne une entrevue au Palais législatif à Regina après le dépôt du budget.

Le président du Conseil scolaire fransaskois, Alpha Barry, espère que la Chambre des communes adoptera les recommandations du Sénat.

Photo : Radio-Canada

« Pour nous, c’est très encourageant », s’exclame-t-il.

Il se réjouit particulièrement des recommandations 3, 5 et 17 qui, dit-il, touchent directement les revendications du CEF.

La troisième recommandation du rapport demande de modifier la Loi sur les langues officielles afin de reconnaître les ententes fédérales-provinciales/territoriales relatives aux services et à l’enseignement dans les communautés en situation de minorité linguistique.

D’un autre côté, la recommandation 17 demande de modifier les lois fédérales pour rendre obligatoire le dénombrement des ayants droit pour l'éducation en milieu minoritaire. Il s’agit des personnes qui peuvent se prévaloir du droit de faire instruire leur enfant dans une langue minoritaire en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.

Elle demande aussi de rendre obligatoire la consultation des conseils scolaires de la minorité lors des négociations d’ententes fédérales-provinciales/territoriales touchant tous les niveaux d’éducation.

« On ne peut plus être mis sur la touche, et puis deux paliers de gouvernement s’entendent sur le destin [des écoles]. [Ils] ne sont pas imputables des résultats », estime M. Barry.

Il dit espérer que la Chambre des communes adoptera ces recommandations du Sénat.

Denis Simard abonde dans le même sens. Il sera attentif aux propositions des partis politiques à la veille des prochaines élections fédérales.

« Tous les partis politiques se sont engagés à moderniser la loi. [...] On espère que toutes ces recommandations seront prises en compte », conclut-il.

Avec les informations de Nicolas Duny

Saskatchewan

Politique fédérale