•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Paris, une fresque géante sur le sauvetage des migrants en mer

La fresque géante de Saype sur le gazon du Champ-de-Mars à Paris Photo: Radio-Canada / Yanik Dumont Baron
Yanik Dumont Baron

L’artiste français Saype a peint des mains entrelacées sur le gazon du Champ-de-Mars pour souligner le travail des marins qui ont aidé les migrants naufragés en Méditerranée.

Guillaume Legros, alias Saype, a réalisé ce projet, Beyond Walls, pour soutenir l’association SOS Méditerranée. Il s’agit d’une oeuvre éphémère et biodégradable de 15 000 m2 qui fait toute la longueur du Champ-de-Mars.

Il explique qu’en peignant des mains qui saisissent des poignets, il représente le sauvetage et l’entraide à l’état pur. « C’est pour ça que j’aime bien cette dynamique dans les mains », ajoute-t-il.

Saype, sur une terrasse de la tour Eiffel, est en train de parler.L’artiste français Guillaume Legros, alias Saype Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

Saype veut ainsi rappeler au monde qu’il y a des gens « qui mettent entre parenthèses leur vie pour se mettre vraiment au service de l’humanité ».

Les sauveteurs qui vont sur le bateau, ils savent bien qu’ils vont être confrontés à des trucs difficiles, mais ils surpassent ça. Je trouve que c’est un acte d’héroïsme, et c’est vraiment le genre de choses que je veux souligner.

Saype

Saype s'inquiète des réflexes de repli sur soi engendrés par l'arrivée massive de migrants.

« Dans l’écologie, c’est le même débat. Si on a un pays qui fait n’importe quoi à côté d’un pays qui fait gaffe, entre guillemets, ça ne fait pas de sens, on n’avance pas. On est obligés un moment donné d’être main dans la main pour avancer tous ensemble. C’est juste du bon sens. »

Le premier maillon d’une vaste chaîne

Deux semaines de travail ont été nécessaires pour réaliser cette fresque gigantesque. La peinture est biodégradable : une recette spéciale à base de craie, de charbon et de protéine de lait.

Il est écrit : « Beyond Walls Project en soutien à SOS Méditerranée ».
Une affiche décrit le projet de Saype. Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

Cette fresque aux pieds de la tour Eiffel n'est que le premier maillon d'une vaste chaîne. Saype espère peindre des mains semblables dans 20 villes du monde, sur tous les continents.

« Sur chaque projet, on va organiser un photo shooting. Tout le monde est invité à le faire. Et après on ne saura plus qui appartient à qui, et on va déposer les mains un peu partout dans le monde. »

Sa fresque géante sera inaugurée le 15 juin, à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés.

Arts visuels

International