•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des avancées importantes après 30 ans de Fierté à Kingston

Les lignes sur la chaussée ont été peintes aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Des piétons traversent à l'intersection peinte aux couleurs de la Fierté.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Frédéric Pepin

Ce n’est qu’au début des années 2000 que les choses ont commencé à s’améliorer pour la communauté LGBTQ à Kingston. Le climat était tout à fait différent il y a six ans à peine.

L'homme dans la soixantaine est assis au bar d'un pub du centre-ville.

Keith Bilow, instigateur des soirées Beers for Queers à Kingston.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

J’entendais souvent parler de gens qui se faisaient tabasser au centre-ville, qui se faisaient insulter par ce qu’ils étaient gais, mais depuis quelques années, plus rien. On se sent beaucoup plus en sécurité.

Keith Bilow, instigateur des soirées Beers for Queers

En 1989, seule une trentaine de personnes avaient défilé sur le trottoir de la rue Princess, au centre-ville, dans le cadre d’un mouvement de protestation pour les personnes LGBTQ.

Le groupe n’avait pas été en mesure d’obtenir un permis pour défiler officiellement. C’était le premier événement organisé pour les membres de la communauté LGBTQ et leurs alliés.

Le drapeau aux couleurs de l'arc-en-ciel vogue au dessus de la porte d'entrée du pub.

Un drapeau symbole de la fierté vogue à l'entrée d'un pub de Kingston.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

« L’an dernier, nous étions 700 et les autorités ont fermé la rue Princess pour notre défilé », ajoute Keith Bilow qui s’attend à une célébration encore plus grande cette année à l’occasion du 30e anniversaire.

Il explique que les membres de la communauté LGBTQ ont été confrontés à un climat d’insécurité pendant de nombreuses années à Kingston. C’est pourquoi il a commencé à organiser les soirées Beers for Queers.

Je voulais offrir aux personnes LGBTQ un endroit sécuritaire pour discuter, boire une bière en sécurité et rencontrer de nouvelles personnes.

Keith Bilow, instigateur des soirées Beers for Queers
Affiche sur laquelle on peut lire «Beers for Queers» aux couleurs de l'arc-en-ciel.

L'affiche du groupe dans un pub de Kingston.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Même si le climat a changé depuis et que selon lui ces rassemblements ne sont plus essentiels pour que les gens se sentent accueillis, il continue de les organiser pour le plaisir de tous.

On le voit un peu partout à Kingston et ça me fait chaud au coeur, ajoute Keith. Deux jeunes hommes marchant main dans la main au centre-ville. La communauté est maintenant plus accueillante.

Kingston, un lieu rassembleur

Depuis plusieurs années, la ville du sud de l’Ontario est devenue le lieu de rassemblement par excellence pour les personnes de la communauté LGBTQ des villages longeant l’autoroute 401, entre Brockville et Belleville.

La voie piétonnière est peinte aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Des piétons traversent la rue Ontario devant l'hôtel de ville de Kingston. La voie piétonnière est peinte aux couleurs de l'arc-en-ciel dans le cadre du mois de la Fierté.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Ruth Wood est la présidente de l’organisme qui gère les activités de la Fierté. Elle oeuvre aussi au sein de l’organisme TransFamily Kingston, qui offre des services aux personnes transgenres ainsi qu’aux membres de leurs familles.

Elle est assise sur un banc dans un parc de Kingston.

Ruth Wood est la présidente de l’organisme qui gère les activités de la Fierté, Kingston Pride.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Selon Ruth certains jeunes des municipalités avoisinantes viennent à Kingston pour avoir accès à des services qui ne sont pas offerts dans les communautés plus rurales.

On observe cependant une diminution dans cette tendance puisque les professeurs et les travailleurs sociaux des régions plus rurales viennent de plus en plus en aide aux jeunes dans le besoin.

Ruth Wood, présidente Kingston Pride

Une ville de plus en plus accueillante

L’Association des commerçants du centre-ville, Downtown Kingston, a sans doute contribué à rendre la ville plus accueillante pour les personnes LGBTQ au cours des cinq dernières années.

Depuis 2014, l’association offre aux commerces membres des affiches et autocollants aux couleurs de l’arc-en-ciel. Ces petits symboles sont bien visibles à l’entrée de la majorité des commerces.

Un autocollant aux couleurs de l'arc-en-ciel dans la porte d'entrée d'un commerce du centre-ville.

L’Association des commerçants du centre-ville, Downtown Kingston, offre à ses membres des affiches et autocollants aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

« C’est important pour nous de démontrer clairement que la communauté est la bienvenue dans tous les commerces de la ville », explique Michèle Langlois, directrice générale de Downtown Kingston.  

Malgré la situation qui semble s’être améliorée dans la région, il reste encore beaucoup de travail à faire, selon Keith Bilow. Il remarque encore beaucoup de préjugés et dit se faire parfois dévisager dans la rue.

Keith est assis dans un bar du centre-ville de Kingston avec derrière lui, une affiche où on peut lire «Beers for Queers».

Keith Bilow, l'instigateur des soirées Beers for Queers à Kingston.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

« Mais en 2019, les gens sont plus respectueux et gardent leurs commentaires pour eux-mêmes”, partage-t-il sur une note positive.

Toronto

Communauté LGBTQ+