•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pénurie de fibres de bois entraîne des mises à pied

Des centaines de troncs d'arbres sont empilés les uns sur les autres dans la scierie de Heffley Creek appartenant à Tolko.

L'entreprise forestière Tolko a annoncé, le mois dernier, qu'elle fermerait sa scierie de Quesnel.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

Plusieurs usines de pâte et papier et de fabrication de panneaux de bois doivent ralentir leur production ou fermer temporairement cet été pour faire face au manque de matière première.

L’entreprise de fabrication de papier Canfor a annoncé, jeudi, qu’elle réduirait la production de son usine de Taylor, au nord de Dawson Creek, à partir du 29 juin et jusqu’au 5 août.

Non loin de là, à Fort St John, l’usine de panneaux de bois Louisiana Pacific devrait cesser son activité. Cela signifie que 190 emplois sont en suspens, et l’entreprise n’a pas indiqué de date de reprise de la production.

En août, une autre usine de panneaux de bois pourrait fermer à 100 Mile House, au nord de Kamloops.

Ces annonces font suite au ralentissement ou à la fermeture de scieries dans la province, qui produisent la fibre de bois.

Canfor envisage ainsi de fermer son usine de Vavenby, au nord de Kamloops, en juillet, ce qui entraîne la suppression de 172 emplois.

Canfor va aussi limiter l’activité de toutes ses scieries en Colombie-Britannique pendant deux à six semaines, sauf dans celle de Wynwood.

L’industrie forestière souffre des conséquences des tarifs douaniers imposés par les États-Unis, de la chute des prix et des ravages causés par le dendroctone de l’épinette.

Avec les informations d’Yvette Brend

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie forestière