•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Produits comestibles du cannabis : les libéraux critiqués

Selon le député conservateur Pierre Paul-Hus, les libéraux doivent octroyer davantage de pouvoirs aux policiers pour lutter contre le crime organisé qui continue de vendre des produits du cannabis.

Photo : Radio-Canada

Hugo Prévost

L'annonce du Parti libéral du Canada (PLC), selon laquelle les produits comestibles du cannabis seront légalement disponibles vers la mi-décembre, fait peu d'heureux à Ottawa et à Québec.

La légalisation des biscuits, bonbons et autres produits alimentaires « assaisonnés » au cannabis est ainsi vivement critiquée par les partis d'opposition dans la capitale fédérale.

Si les diverses formations politiques ne s'entendent pas sur la question de savoir si ce feu vert intervient trop rapidement ou trop tardivement, une chose est sûre, disent-elles : les libéraux de Justin Trudeau gèrent mal le dossier.

« Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose [que les produits comestibles soient légalisés plus tard que prévu] », juge ainsi le député conservateur Pierre Paul-Hus, vice-président du comité parlementaire sur la sécurité publique et nationale.

Celui-ci estime toutefois que le projet de loi C-45, qui a mené à la légalisation du cannabis, « a été adopté sans écouter personne », et que les groupes criminels, qui « ont continué de faire des affaires depuis la légalisation », auront encore davantage les coudées franches lorsque viendra le moment de commercialiser des produits comestibles.

« Pour nous, ce qui est important, c'est de s'assurer que le gouvernement adopte les mesures de contrôle nécessaires pour s'assurer que les produits [illégaux] soient vraiment retirés du marché criminel, parce que nous savons que des enfants ont été intoxiqués », a-t-il ajouté en marge de la période de questions, à Ottawa.

Le député conservateur invite le gouvernement à « donner plus de pouvoirs et de ressources à la police » pour mieux contrôler le marché du cannabis.

Maintenant que c'est légal, tout le monde s'en fout.

Pierre Paul-Hus, député conservateur

Toujours selon M. Paul-Hus, les libéraux ont ainsi « mis des législations en place, sans tenir compte des impacts négatifs ».

Deux hommes devant les micros des journalistes.

Le député néo-démocrate Don Davies juge que les libéraux fédéraux ont traîné la patte en ce qui concerne la légalisation des produits comestibles du cannabis.

Photo : Radio-Canada

« Complètement inacceptable »

Le gouvernement fédéral aurait plutôt dû légaliser les produits comestibles depuis belle lurette, juge pour sa part Don Davies, député néo-démocrate de Colombie-Britannique.

« Lorsque le comité sur la santé a examiné C-45, les libéraux ne voulaient absolument pas légaliser les produits comestibles; c'est le Nouveau Parti démocratique qui a fait pression sur cette question et a démontré que plusieurs Canadiens utilisent et souhaitent un accès au concentré [de THC, l'agent psychoactif du cannabis]. En fait, c'est la méthode la plus sécuritaire de consommer du cannabis! », a-t-il déclaré.

Tout comme son collègue conservateur, toutefois, M. Davies juge que le marché noir a tout à gagner de la situation actuelle. « Selon les libéraux, l'objectif de la Loi sur le cannabis était de bloquer le marché noir, mais ils ont laissé une forte part des produits entre les mains [du crime organisé] », a poursuivi le député néo-démocrate.

Pis encore, dit M. Davies, les libéraux auraient repoussé la date de légalisation des produits comestibles, d'abord prévue pour le 17 octobre, quatre jours avant les élections, « pour des raisons politiques ». « Les libéraux placent toujours la politique devant les bonnes politiques publiques. »

Le Bloc inquiet

Au Bloc québécois, on souhaite que des normes claires et efficaces soient mises en place pour faire en sorte que les produits comestibles ne se retrouvent pas entre les mains des enfants.

Le député Xavier Barsalou-Duval demande par ailleurs à ce que les effets de la consommation de produits comestibles au cannabis soient bien documentés. « Il faut le faire, mais il faut bien le faire », a-t-il précisé, en se disant réceptif à un report de la légalisation de ces produits.

Québec veut réglementer

Le premier ministre du Québec, François Legault, souhaite encadrer la mise en vente des produits comestibles du cannabis en adoptant divers règlements.

« On tombe dans un sujet que nous n'avons pas beaucoup traité. [...] La consommation de pot amène de beaux défis », a-t-il déclaré en marge de son bilan de session parlementaire.

« Je sais que les attentes sont élevées » dans ce dossier, a reconnu le chef du gouvernement.

Politique fédérale

Politique