•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Winnipeg a cherché des restes humains dans un étang

Un panneau de bois indiquant l'emplacement d'un cimetière.

Des centaines de personnes se sont plaintes auprès de la police et du Conseil des services funéraires du Manitoba, alléguant que d’importantes sommes d'argent manquaient, que les cendres de défunts avaient été mélangées, que des parcelles de cimetière avaient été vendues deux fois, et même qu'un corps était resté dans la maison funéraire Chad Wheeler pendant des mois.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les plongeurs de la police de Winnipeg ont fouillé deux étangs de rétention dans un cimetière de Winnipeg l'été dernier, à la recherche de cendres humaines et de dispositifs médicaux, comme des hanches artificielles et des stimulateurs cardiaques, peut-on lire dans un mandat de perquisition déposé devant un juge du Manitoba.

La police affirmait avoir des motifs de croire que Chad Wheeler avait commis des outrages envers des restes humains qui lui avaient été confiés dans le cadre de ses responsabilités de directeur de salon funéraire et d’embaumeur. La police croit qu’il s'est débarrassé de cendres contenues dans des sacs de plastique en les jetant dans des bassins de rétention, entre le 5 juillet 2011 et le 19 mars 2018.

C'est extrêmement inhabituel et troublant, affirme Jayson Gordon, de l'Association des services funéraires du Canada. M. Gordon dit qu'il n'a jamais entendu d'autres allégations de ce genre.

Les cendres représentent la personne qui est décédée et ont beaucoup de valeur pour les familles, ajoute-t-il.

Trois perquisitions supplémentaires ont été effectuées en octobre au cimetière situé sur la route Symington, mais les documents répertoriant les découvertes faites au cours de ces perquisitions demeurent sous scellés à la suite de l'ordonnance d'un juge de la cour provinciale.

La police de Winnipeg a déclaré que l'unité des crimes financiers avait ouvert une enquête sur Chad Wheeler en avril 2018, peu après que la maison funéraire Wheeler, ainsi que le cimetière et le crématorium lui appartenant, eut été mise sous séquestre.

Des centaines de personnes se sont plaintes auprès de la police et du Conseil des services funéraires du Manitoba, alléguant que d’importantes sommes d'argent manquaient, que les cendres de défunts avaient été mélangées, que des parcelles de cimetière avaient été vendues deux fois, et même qu'un corps était resté dans la maison funéraire pendant des mois.

Aucune des allégations n’a été prouvée devant un tribunal, et aucune accusation n’a été portée dans cette affaire.

Les enquêtes sur les crimes financiers […] sont souvent d'une complexité incroyable, avec de nombreux défis, explique le porte-parole de la police de Winnipeg, Jay Murray.

Chad Wheeler s'est refusé à tout commentaire. Cependant, son avocat affirme que toute allégation de fraude est erronée et il les dément vigoureusement.

Beaucoup de personnes flouées

Le Conseil des services funéraires du Manitoba a suspendu le permis de Chad Wheeler en juillet 2018 et l’a révoqué en janvier. Le Conseil avait alors découvert que l’ancien directeur de salon funéraire avait reçu plus d'une douzaine de paiements pour des arrangements préalables de services funéraires, mais n'avait pas placé les fonds dans un compte en fiducie.

Une femme tient la photo de sa mère devant une urne.

Les répercussions de la faillite de l'entreprise de Chad Wheeler ont durement touché des membres de familles en deuil, comme Valerie McDonald.

Photo : Radio-Canada

Selon l'organisme, le permis permettant à Chad Wheeler d'organiser de tels arrangements funéraires était échu depuis mars 2016 et n'avait pas été renouvelé.

Le Conseil des services funéraires du Manitoba indique qu'une personne peut effectuer certaines tâches dans un salon funéraire, à condition de ne pas se présenter comme le directeur. Les directeurs funéraires et les embaumeurs doivent détenir un permis, indique l'organisme dans un courriel à CBC.

Toute personne préoccupée par un service fourni par M. Wheeler peut contacter le Conseil des services funéraires du Manitoba ou son service de police local, ajoute un porte-parole du Conseil.

Les répercussions de la faillite de l'entreprise de Chad Wheeler ont durement touché les familles en deuil.

Valerie McDonald se demande si l'urne qui lui a été remise contient réellement les cendres de sa mère. Les services de la maison funéraire Wheeler avaient été retenus par une autre maison funéraire pour incinérer les restes de sa mère.

Elle a reçu une urne en mai 2018, mais quelques mois plus tard, son frère a découvert qu'elle était vide. On a paniqué, raconte-t-elle.

Elle a contacté son directeur funéraire et a finalement obtenu un sac de cendres, après avoir alerté les médias.

Je ne sais pas si c'est elle ou non, et je ne le saurai jamais.

Valerie McDonald

Valerie McDonald se dit encore plus troublée après avoir appris que la police a fouillé deux bassins de rétention à la suite d'allégations selon lesquelles Chad Wheeler pourrait y avoir jeté des cendres humaines.

Manitoba

Justice