•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comparution d'une famille accusée d'avoir fraudé le CHUM pour 1,3 million

Les immeubles du CHUM, au centre-ville de Montréal.

C'est lors du déménagement du CHUM que le pot aux roses a été découvert.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

Les quatre membres d'une même famille accusés d'avoir fraudé le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) pendant de nombreuses années ont comparu en cour vendredi matin. Ils auraient détourné plus de 1,3 million de dollars du centre de recherche du CHUM.

Ni Sylvie Dagenais, ni ses fils Francis et Carl Edisbury, ni son mari Danny Edisbury, n’étaient présents vendredi matin au palais de justice de Montréal. Ils étaient représentés par leur avocat.

La preuve a été divulguée, et le dossier a été remis au 28 août prochain.

C’est Sylvie Dagenais, qui a travaillé pour un urologue du CHUM comme assistante médicale de 1998 à 2014, qui est au centre de l’affaire.

Son patron ayant commencé à lui confier des mandats relatifs au centre de recherche, Mme Dagenais a fabriqué de faux documents lui permettant de devenir employée à temps plein du centre de recherche, tout en étant également employée à temps plein du CHUM. Ce stratagème s’est étiré de 2000 à 2014.

Sylvie Dagenais a aussi réussi à faire embaucher ses fils au centre de recherche pour du travail ponctuel ou à temps partiel. Elle leur a toutefois attribué beaucoup plus d’heures de travail que ce qui était prévu.

Son fils Carl aurait entre autres facturé à son employeur plus de 80 000 $ d'heures supplémentaires en cinq ans.

Mme Dagenais était en outre parvenue à confier la facturation du centre de recherche à une entreprise appartenant à son mari, laquelle a été rétribuée pour un travail régulier alors qu'il s'agissait de mandats ponctuels.

C’est en préparant le déménagement du CHUM qu’un employé s’est rendu compte qu’il y avait deux dossiers au nom de Sylvie Dagenais. Le centre hospitalier a alors fait appel aux services d’une firme de vérification externe, qui a découvert le pot aux roses.

Le CHUM a porté plainte en 2014. L’enquête avait été confiée au Service des crimes économiques de la Sûreté du Québec, ce qui a mené au dépôt des accusations de fraude, de faux et d'emploi ou possession d'un document contrefait.

Grand Montréal

Fraude