•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout est sous contrôle pour le Fransaskois Marc Brisebois !

Marc Brisebois dans la tour avec la piste d'atterrissage derrière lui.
Le contrôleur de la circulation aérienne Marc Brisebois, dans la tour de contrôle à Regina. Photo: Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith
Nicole Lavergne-Smith

Le Fransaskois, Marc Brisebois assure  la sécurité de milliers de passagers à l’aéroport de Regina. 

Contrôleur de circulation aérienne depuis 2006, le Fransaskois Marc Brisebois n’a pas froid aux yeux. De sa tour de contrôle, il sait comment gérer tous les scénarios possibles dans le ciel de Regina

Je suis frappée immédiatement par le tempérament calme de Marc Brisebois. Nous sommes seuls lors de mon passage dans la tour de contrôle à l’Aéroport international de Regina. Il observe le ciel pendant qu’on jase. De temps en temps il interrompt notre conversation et donne des instructions aux pilotes.

Je lui demande à qui il parle. Parfois sa communication est dirigée vers un avion stationné sur le tarmac. D’autres fois, vers un appareil qui atterrira bientôt. 

Son travail est palpitant. Il assure la sécurité et le bon espacement des avions dans la zone de contrôle, l’espace aérien pour lequel il est responsable.

C’est très impressionnant pour moi de voir les avions décoller et atterrir à côté de celui qui assure leur sécurité. 

90% du temps c’est assez facile,affirme-t-il. Mais sa formation le prépare justement pour le  10% de situations qui peuvent est très complexes. Il est capable de réagir à ces moments où les pilotes ne font pas ce qu’il veut et surtout ce qu’il demande. 

Mais les situations de grand stress ne lui font pas peur. Marc Brisebois a l’amour de l’aviation dans le sang. Il a son permis de pilote privé et a plusieurs avions télécommandés.

Je pense que l’aviation est quelque chose qui se trouve dans ton sang dans ton esprit. Si tu aimes les avions, c’est toujours là.

Marc Brisebois

Il s’est même joint aux Forces armées canadiennes pour devenir pilote. Mais en 1994, quand il a fait sa demande, les forces avaient suffisamment de pilotes. Il a plutôt choisi de joindre les membres de la marine. Lors de ses douze années de service, il a complété un baccalauréat en histoire et a servi à deux reprises lors de missions dans le golfe persique. 

Marc Brisebois reçoit un certificat alors qu'il était dans la Marine royale canadienne.Agrandir l’imageMarc a passé plusieurs années dans a Marine royale canadienne. Photo : Marc Brisebois

C’est en 2005 qu’il a décidé d’abandonner sa vie militaire pour se tourner vers une carrière de contrôleur aérien. Il souhaitait alors une vie plus stable et sédentaire.  

La formation qu’il a suivie est d’une durée de  4 à 6  mois en salle de classe et sur un simulateur. Marc dit que l'entraînement sur simulateur était exactement comme être dans une tour de contrôle. Ensuite les étudiants sont jumelés avec un contrôleur expérimenté dans un aéroport du pays. Regina reçoit beaucoup d’étudiants et une grande partie du travail de Marc Brisebois est justement de former des nouveaux contrôleurs aérien. 

On est continuellement en train de faire de la formation à Regina parce que le trafic à Regina c’est parfait pour la formation. L’aéroport de Regina compte environ 60 000 arrivées et départs par année. 

Marc a déjà travaillé dans un aéroport plus occupé, mais c’est chez lui en Saskatchewan où il veut rester.

Le ciel de Regina lui convient parfaitement !

Saskatchewan

Transports