•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Francine Grimaldi, curieuse et infatigable

    Francine Grimaldi, posant une question.

    Francine Grimaldi à l'animation de l'émission Au fil de la semaine, en 1979.

    Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

    Radio-Canada

    Francine Grimaldi prend sa retraite de Radio-Canada. Découvrez à travers nos archives la carrière de celle qui a façonné le métier de chroniqueuse culturelle au Québec.

    Comment Francine Grimaldi a-t-elle fait son entrée à Radio-Canada?

    Nous avons retrouvé dans nos archives son premier passage à la Maison de Radio-Canada. C’était à l’émission Femme d’aujourd’hui, le 20 mars 1970.

    Femme d'aujourd'hui (audio), 20 mars 1970

    Dans cette entrevue dont nous avons conservé la bande audio, la « comédienne chevronnée et pourtant très jeune » est invitée à parler du théâtre burlesque, disparu au profit du vaudeville.

    Francine Grimaldi connaît bien le sujet pour avoir grandi avec la troupe de théâtre de son père, le producteur Jean Grimaldi.

    Le bagage et les connaissances de la jeune comédienne impressionnent. Plus tard, elle fait aussi un passage remarqué à l’émission Ce soir, Jean-Pierre, où elle témoigne de son expérience du vaudou.

    Il n’en faut pas plus pour qu’elle soit engagée comme recherchiste à Radio-Canada. Francine Grimaldi travaille à ses débuts pour Lise Payette et l’émission Studio 11.

    En 1975, la recherchiste se voit confier la préparation d’un calendrier d’activités culturelles pour les émissions radio CBF Bonjour et Montréal express.

    On lui propose de lire le calendrier en ondes pour le rendre plus vivant. C’est ainsi que Francine Grimaldi devient chroniqueuse culturelle.

    CBF Bonjour (audio), 15 septembre 1975

    Voici la première chronique archivée que nous avons de Francine Grimaldi à la radio.

    Au micro de l’émission matinale du 15 septembre 1975, elle décrit à l’animateur Jacques Houde quelques activités à ne pas manquer.

    Déjà, l’animateur lui affuble le surnom de « vadrouille ».

    Oiseau de nuit, Francine Grimaldi est reconnue pour avoir des yeux et des oreilles partout.

    Pour offrir son calendrier culturel aux auditeurs de Radio-Canada, elle se donne le mandat d’assister au plus d’événements possible.

    Rapidement, son opinion devient une référence dans le monde artistique.

    À partir de 1982, elle écrit d’ailleurs également des chroniques pour le quotidien La Presse. Une collaboration qui durera une vingtaine d’années.

    CBF Bonjour, 5 septembre 1983

    Francine Grimaldi à la radio de Radio-Canada, c’est aussi l’histoire d’une grande complicité avec l’animateur Joël Le Bigot, qui prend les rênes de l’émission CBF Bonjour en 1977.

    Cette chronique du 5 septembre 1983 est la plus ancienne que nous ayons de l’animateur et de la chroniqueuse réunis en studio.

    CBF Bonjour (audio), 26 octobre 1990

    Cette émission spéciale du 26 octobre 1990 est un bel exemple des atomes crochus et de l’atmosphère bon enfant qui caractérisent CBF Bonjour.

    À l’occasion du 25e anniversaire du Théâtre de Quat’Sous, l’émission est ponctuée de saynètes de théâtre interprétées par tous les membres de l’équipe.

    Dans cet extrait de la scène du jardin de Roméo et Juliette, Francine Grimaldi retrouve ses talents de comédienne. Elle joue Juliette aux côtés de Joël Le Bigot dans le rôle de Roméo!

    L’émission quotidienne matinale CBF Bonjour prend fin en 1996. Lorsque Joël Le Bigot lance l’émission Samedi et rien d’autre en 1998, Francine Grimaldi se joint à nouveau à l’équipe.

    Au-delà de la radio, Francine Grimaldi est aussi très présente à la télévision de Radio-Canada.

    Notre album photos donne un aperçu des émissions qu’elle a coanimées dans les années 80 : Au fil de la semaineLes Coqueluches et Allo Boubou, notamment.

    La culture au sens large

    Femme d'aujourd'hui, 28 septembre 1977

    Francine Grimaldi collabore aussi fréquemment à l’émission Femme d’aujourd’hui.

    Dans ce reportage du 28 septembre 1977, elle rencontre le chef de l’année à Montréal, Peter Müller, et visite son restaurant de spécialités suisses.

    Arts de la table, poésie, théâtre, estampes, tout ce qui est créatif intéresse la chroniqueuse.

    Femme d'aujourd'hui, 25 septembre 1981

    Papaya, goyave et… tour de Babel, c’est ainsi que s’intitule cet autre reportage, daté du 25 septembre 1981.

    Du quartier chinois à la rue Jean-Talon, Francine Grimaldi parcourt le boulevard Saint-Laurent pour nous faire découvrir les bonnes adresses des différentes communautés culturelles.

    Elle s’y promène comme un poisson dans l’eau, glanant au passage des entrevues chaleureuses et spontanées et décrochant des sourires aux quidams qui la reconnaissent en un clin d’oeil.

    Et tout cela était bien avant la parution de son guide des plaisirs de Montréal, Le Grimaldi

    Entrée des artistes, 19 mai 1996

    Comment Francine Grimaldi fait-elle pour soutenir ce rythme effréné?

    Dans cette entrevue à l’émission Entrée des artistes du 19 mai 1996, l’animatrice Marie-Claude Lavallée présente Francine Grimaldi comme une « passionnée hyperactive ».

    La chroniqueuse culturelle décrit sa journée type : un film au cinéma, deux conférences de presse, un lancement et trois spectacles en soirée. Le tout guidé par la curiosité, l’insécurité et surtout, une grande soif d’apprendre.

    Quand j’étais pensionnaire au couvent, j’étais comme ça. Je découvrais un disque à la maison la fin de semaine, puis j’arrivais au couvent, et il fallait que tout le monde l’écoute!

    Francine Grimaldi

    À ceux qui disent qu’elle ne fait pas de critiques négatives, Francine Grimaldi se défend de ne pas avoir le temps de parler de tout et préférer commenter ce qu’elle a trouvé intéressant.

    Dans cette entrevue qui remonte à plus de 20 ans, il est déjà question de sa retraite, du moment où elle aura du temps.

    « J'aurai peut-être un petit bateau, une petite chaloupe, quelque chose », confie-t-elle. « Je ferai de la plongée sous-marine tous les jours. Je vais avoir le temps de faire tout ça et peut-être de refaire de la peinture... »

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts