•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

La taxe carbone fédérale, une bonne nouvelle pour le portefeuille des Albertains?

Des cartes de crédit dans un portefeuille.

Quatre-vingt pour cent des Albertains devraient recevoir plus d'argent que ce que la taxe fédérale sur le carbone leur coûtera.

Photo : Radio-Canada

Laurent Pirot

La taxe fédérale sur le carbone sera moins coûteuse que celle qui était appliquée par la province auparavant et un plus grand nombre de particuliers bénéficieront des incitatifs. Alors, une bonne affaire, la taxe carbone ? Quelques éléments de réponse.

Moins cher à la pompe

Le montant de la taxe fédérale est moins élevé. Il est de 20 $ pour une tonne de carbone, alors que la taxe provinciale qui s’appliquait jusqu’au 30 mai était de 30 $.

Les Albertains payaient 6,7 cents de plus pour un litre d’essence. À partir de l’arrivée de la taxe fédérale, le 1er janvier 2020, la taxe supplémentaire sera de 4,4 cents le litre.

Pour le gaz naturel de votre chauffage, la nouvelle taxe sera de 1,02 $ par gigajoule, contre 1,52 $ auparavant.

« La réalité, c’est que, si on impose [une taxe carbone fédérale] ce sera moins que ce que le NPD imposait aux Albertains », a résumé le ministre albertain de l’Environnement, Jason Nixon.

Incitatifs plus généreux

Un plus grand nombre d’Albertains recevront un versement en retour, et le chèque devrait être plus important.

La province reversait 40 % des recettes de la taxe aux Albertains pour aider les moins riches à faire face aux coûts supplémentaires, alors que le fédéral promet de reverser 90 % des recettes, ce qui rend les incitatifs plus intéressants.

Un ménage moyen devrait recevoir 888 $ au moment de la prochaine déclaration de revenus. Pour les années suivantes, le montant moyen devrait être proche de 700 $. Auparavant, un couple avec deux enfants pouvait espérer recevoir jusqu’à 540 $.

80 % de gagnants

Jennifer Winter, de l’École de politique publique de l’Université de Calgary, calcule que 80 % des Albertains toucheront un montant supérieur au coût de la taxe fédérale.

Ils étaient seulement 40 % dans le modèle provincial.

Moins d’argent pour les projets verts

La province consacrait environ 60 % des revenus de la taxe à toute une série de programmes destinés à lutter contre les changements climatiques.

Seulement 10 % des revenus de la taxe fédérale seront réinvestis dans des programmes d’économie d’énergie pour des établissements publics et des communautés autochtones, par exemple.

Deux hommes attendent l'arrivée du train léger sur rail à une station du centre-ville de Calgary. La station est proche de la tour de Calgary.

Le projet de ligne verte de train léger sur rail à Calgary est maintenu, même sans taxe provinciale.

Photo : Radio-Canada / Robson Fletcher

La province a cependant promis de maintenir certaines des dépenses financées jusqu’ici par la taxe carbone.

C’est notamment le cas de la baisse des impôts pour les petites entreprises et des projets de train léger d’Edmonton et de Calgary.

Rien n’est vraiment joué

D’ici l’introduction de cette nouvelle version de la taxe carbone, le 1er janvier 2020, beaucoup de choses pourraient venir remettre en cause le plan d’Ottawa.

L’Ontario, la Saskatchewan et le Manitoba ont saisi les tribunaux dans l’espoir de les voir annuler la taxe fédérale et, s’ils obtiennent gain de cause, l’avenir de la taxe en Alberta serait compromis.

Le chef conservateur fédéral, Andrew Scheer, pointe un doigt en l'air pendant un discours, devant un pupitre.

Le chef conservateur fédéral, Andrew Scheer, ne cache pas son opposition à la taxe carbone.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Et puis, « il y a les élections fédérales », note le ministre Jason Nixon. Une victoire des conservateurs en octobre signifierait certainement la fin de la taxe fédérale.

Alberta

Environnement