•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa aide 11 villes à attirer les travailleurs étrangers qualifiés

Le ministre fédéral de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, en conférence de presse.
Le ministre fédéral de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, cite en exemple un programme similaire pour les provinces de l'Atlantique. Photo: La Presse canadienne / Michael Tutton
Adrien Blanc

Le gouvernement fédéral lance un projet pilote de soutien à l’immigration en faveur de 11 villes qui sont loin des grandes métropoles et qui ont besoin de main-d’oeuvre qualifiée.

Le ministère de l'Immigration ouvre une nouvelle voie pour les demandeurs de résidence permanente en permettant à certaines villes de soutenir leur candidature à condition qu'ils prouvent leur intention de s'installer chez elles.

Les villes auront la responsabilité de préapprouver les demandes de résidence permanente des travailleurs qualifiés qui souhaitent passer par ce programme.

À l'arrivée des immigrants, elles s'engagent à les mettre en contact avec des habitants de longue date et des représentants des services d’aide à l’installation.

L’objectif du gouvernement est d’inciter les travailleurs étrangers qualifiés à s'installer dans les régions marquées par l'exode rural, le vieillissement de la population et des besoins en main-d'oeuvre.

Les 11 villes choisies ont démontré leur capacité à créer des emplois dans le cadre d’un plan de développement économique, selon le ministère de l'Immigration.

Les villes participantes :

  • Thunder Bay (Ontario)
  • Sault-Sainte-Marie (Ontario)
  • Sudbury (Ontario)
  • Timmins (Ontario)
  • North Bay (Ontario)
  • Gretna-Rhineland-Altona-Plum Coulee (Manitoba)
  • Brandon (Manitoba)
  • Moose Jaw (Saskatchewan)
  • Claresholm (Alberta)
  • West Kootenay (Colombie-Britannique)
  • Vernon (Colombie-Britannique)

Pour être admis au programme, les travailleurs étrangers devront trouver un emploi et prouver leur motivation à s’intégrer dans la communauté.

S'ils ont le soutien d'une des villes participantes, ils pourront présenter leur demande dès l’automne.

Le programme pilote appuiera le développement économique de ces communautés en mettant à l’essai de nouvelles approches axées sur la collectivité pour répondre à leurs divers besoins de marché du travail, affirme Bernadette Jordan, ministre du Développement économique rural, dans un communiqué.

La décision finale de l’octroi de la résidence permanente restera cependant une responsabilité d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

L’équation est très simple, affirme le ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen, dans un communiqué. Attirer et maintenir en poste de nouveaux arrivants possédant les compétences nécessaires constitue la recette du succès pour les communautés rurales et du nord du Canada. Nous avons mis à l’essai un programme pilote d’immigration semblable dans le Canada atlantique et il a déjà donné d’excellents résultats, tant pour les nouveaux arrivants que pour les Canadiens.

Le Programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord s’inspire en effet du Programme pilote d’immigration au Canada atlantique, lancé en 2017.

Les quatre provinces de l’Atlantique étaient invitées à désigner jusqu’à 2500 travailleurs en 2018 pour répondre aux besoins du marché du travail de leur région.

Colombie-Britannique et Yukon

Immigration