•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un trio de films francophones au menu du festival Nickel

Portraits de trois personnages tirés des films

Trois films francophones seront projetés lors du festival de film indépendant Nickel 2019. De gauche à droite : Les Heures-Encres, Lucienne mange son auto et Des solitudes.

Photo : Festival de film indépendant Nickel

Patrick Butler

Trois films francophones figurent parmi une quarantaine d’oeuvres des quatre coins du monde qui seront présentés cette semaine à Saint-Jean, à Terre-Neuve, lors du 19e festival de film indépendant Nickel.

Presque la moitié des 42 productions au programme ont été réalisées à Terre-Neuve-et-Labrador. Mais les organisateurs du festival, qui s'amorce lundi soir et qui se déroule jusqu'au 23 juin, assurent que l’événement continue de grandir et d'attirer de plus en plus de films d’ailleurs au Canada et dans le monde.


Des Solitudes — le lundi 17 juin à 19 h 30

Regardez la bande-annonce du film :

Des Solitudes, un court métrage du réalisateur Marwen Tlili, figure au programme de la soirée d’ouverture du festival. Ce film, qui explore les questions d’identité et d’appartenance des immigrants et des Autochtones au Québec, raconte l’histoire de trois étrangers qui voyagent en covoiturage : Lamine, un étudiant sénégalais; Rémi, un jeune cinéaste des minorités; et Nataly, une femme autochtone.

J’ai vécu à Rimouski et j’ai fait beaucoup de covoiturage entre Rimouski et Montréal. J’ai parfois été dans des situations très loufoques, parfois difficiles. Les gens posent des questions très déconcertantes, raconte M. Tlili, qui est d’origine tunisienne. On est bloqué dans la voiture, on ne peut pas sortir. On est dépendant de la personne qui nous conduit.

Je voulais faire une inversion dans ce film où la personne [qui conduit] est immigrante. [...] Ce sont les minorités et les immigrants qui sont le futur du Québec. C’est eux qui vont conduire le Québec ailleurs, mais pour ça il faudrait qu’ils aient une meilleure place dans la société et qu’ils soient respectés.

Marwen Tlili, réalisateur

Après de nombreuses projections au Québec, en Ontario et en Tunisie, c’est la première fois que Des Solitudes est présenté en Atlantique. Marwen Tlili sera présent lors de la projection du film au LSPU Hall pour répondre aux questions du public.


Les Heures-Encres — le samedi 22 juin à 13 h 30

Regardez un extrait du film :

Le film suisse Les Heures-Encres sera projeté lors d’une séance axée sur des sujets controversés. L’oeuvre de 29 minutes, réalisée par Wendy Pillonel, détaille la décision impossible d’Igor, un travailleur d’usine dont le patron impose des conditions de travail insupportables. Son ami, Frank, se suicide en guise de protestation et c’est Igor qui trouve son cadavre et sa lettre de protestation.

Ce dernier doit alors décider s'il veut divulguer le contenu de la lettre. Sa décision pourrait soulager la femme de Frank, Léa, mais elle pourrait également menacer sa propre sécurité d'emploi.


Lucienne mange une auto — le samedi 22 juin à 15 h 30

Regardez la bande-annonce du film :

Lucienne mange une auto, écrit et réalisé par Geordy Couturiau, sera projeté lors d’une représentation de films futuristes et surréalistes.

Cette production de France raconte l’histoire d’une femme dont le père a toujours préféré sa voiture à sa fille. Le père de Lucienne est atteint de démence et elle décide de manger son véhicule pour se rapprocher de lui.


Ouverture aux films en français

Louise Moyes, une francophile de Terre-Neuve-et-Labrador, participe pour la première fois au festival Nickel. Son film de danse, On Hold, sera projeté lundi soir lors de la même séance d’ouverture qui verra la représentation du film de Marwen Tlili, Des Solitudes.

Mme Moyes, qui a déjà réalisé des pièces de théâtre en anglais et en français, se dit très heureuse de voir l’ouverture du festival aux films en français.

Je trouve ça magnifique, souligne-t-elle. Il y a beaucoup, beaucoup de gens, même s'ils ne sont pas francophones, qui comprennent le français ici à Terre-Neuve, alors il y a beaucoup de gens qui cherchent des choses en français.

Pour ceux qui ne parlent pas français, les trois films francophones du festival seront projetés avec des sous-titres en anglais.

Terre-Neuve-et-Labrador

Cinéma