•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bernier se présente comme un allié de Legault sur l'immigration

Maxime Bernier en point de presse, devant ses candidats.

Maxime Bernier avance que sa position sur l'immigration est complémentaire de celle de François Legault.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Jérôme Labbé

Le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier, affirme que sa position sur l'immigration va dans le même sens que celle du premier ministre québécois François Legault, dans la mesure où les deux hommes souhaitent – à court terme, du moins – diminuer le nombre d'immigrants reçus, tout en augmentant la proportion de nouveaux arrivants issus de l'immigration économique.

En point de presse, vendredi, le député fédéral de Beauce, qui a quitté le Parti conservateur du Canada l'été dernier pour fonder son propre parti, a réitéré que le PPC était le seul parti à prôner des seuils d'immigration plus bas, déplorant au passage que le Canada accueille à l'heure actuelle plus de réfugiés en nombre absolu que les États-Unis pour une population 10 fois moindre.

M. Bernier a rappelé qu'environ 40 % des demandeurs d'asile ayant franchi la frontière américano-québécoise depuis l'été 2017 devraient être expulsés dans leur pays d'origine « parce qu'ils sont de faux réfugiés ».

« Il faut régler ce problème à la frontière, et nous allons le régler », a promis M. Bernier.

Appelé à commenter l'utilisation du bâillon pour faire adopter le projet de loi du ministre québécois Simon Jolin-Barrette sur l'immigration, le chef du PPC a évoqué un sondage mené par la firme Angus Reid l'an dernier selon lequel « il n'y a que 6 % de la population canadienne qui veut augmenter les seuils d'immigration » contre « 49 % de la population [qui] veut avoir un seuil d'immigration plus bas ».

Selon lui, l'actuel premier ministre du Canada, Justin Trudeau, n'est pas en phase avec l'opinion publique, puisqu'il propose d'accueillir l'an prochain 350 000 immigrants, alors que la moyenne sous le gouvernement précédent était de 250 000 immigrants – une hausse de 40 %, dénonce-t-il.

Le PPC propose de ramener les seuils d'immigration au même niveau qu'à l'époque où les conservateurs de Stephen Harper étaient au pouvoir.

Les seuils de deux catégories d'immigrants – les réfugiés et les personnes issues de la réunification familiale – seraient revus à la baisse, a-t-il précisé, tandis que le ratio de nouveaux arrivants issus de l'immigration économique, lui, serait revu à la hausse.

Cette proposition « va faire plaisir au gouvernement Legault », prédit Maxime Bernier, notamment parce que, contrairement aux autres provinces, le Québec détient toute la latitude voulue pour choisir ses propres immigrants économiques grâce à un processus de sélection qui lui est propre.

Nous sommes le seul parti à répondre à M. Legault [...] Le Parti conservateur et le Parti libéral ne veulent pas avoir cette discussion-là.

Maxime Bernier, chef du PPC

Le chef du PPC était de passage à Montréal vendredi afin de présenter 31 de ses candidats pour le Grand Montréal et l'Outaouais. La cohorte était composée de 27 hommes et de 4 femmes, ce qui a permis à Maxime Bernier de rappeler que son parti n'avait pas fixé de quotas de candidatures féminines en vue des élections automnales.

« Le plus important, pour nous, ce n'est pas le sexe : ce sont les gens qui partagent la plateforme du parti et les valeurs du parti », a-t-il déclaré.

Avec la collaboration de Marie-Josée Paquette-Comeau

Politique fédérale

Politique