•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bâillon ne permettra pas de conclure le débat sur la laïcité, dit l'opposition

Le gouvernement Legault a décidé jeudi de faire adopter le projet de loi 21 sur la laïcité de l'État sous le bâillon, en dénonçant l'obstruction systématique dont font preuve selon lui les libéraux.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

François Messier
Julien McEvoy

L’adoption sous le bâillon du projet de loi sur la laïcité de l'État est nécessaire pour préserver la « cohésion sociale » et pour « mettre derrière nous » un débat de société qui a trop duré, soutient le premier ministre québécois François Legault. Les partis d’opposition assurent que ce ne sera pas le cas.

Pressé de questions par la presse parlementaire, M. Legault a nié vendredi que la décision de suspendre la procédure parlementaire pour les projets de loi sur la laïcité (21) et le système d’immigration (9) soit le signe d’une dérive autoritaire de son gouvernement, élu en octobre dernier.

François Legault, debout, répond à une question à l'Assemblée nationale. À sa droite, Simon Jolin-Barrette.

Le premier ministre François Legault et le leader du gouvernement à l'Assemblée nationale, Simon Jolin-Barrette, ont défendu la décision d'imposer deux bâillons. M. Jolin-Barrette a par ailleurs annoncé qu'il présentera des amendements qui apporteront des « ajustements techniques » aux deux projets de loi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Moi, je pense que [l’interdiction du port de signes religieux pour certains fonctionnaires] est un débat de société qu’on doit mettre derrière nous, et il y a une volonté claire qui a été exprimée il y a huit mois […], a-t-il dit. Moi, j’avais promis, et je l’ai dit dès que j’ai déposé le projet de loi, que mon intention était de l’adopter avant la fin de la session courante.

Les Québécois souhaitent depuis 11 ans qu’on légifère pour interdire les signes religieux pour les personnes en autorité. Je pense que de laisser traîner le débat, il y aurait des risques pour la cohésion sociale.

François Legault, premier ministre du Québec

Lors de son bilan de fin de session parlementaire, vendredi après-midi, le premier ministre a de nouveau insisté pour rappeler le caractère modéré et raisonnable, selon lui, du projet de loi sur la laïcité.

«  Quand je sors au restaurant ou ailleurs le samedi soir, les gens me disent : "On est fiers, M. Legault" », a-t-il illustré, afin d'expliquer qu'il a l'appui des Québécois pour faire passer le PL 21.

On a vu un Québec en changement au cours des derniers mois, un Québec de plus en plus fier, je le sens chez les Québécois.

François Legault, premier ministre du Québec

M. Legault a profité de son bilan pour souligner qu'à ses yeux, rien n'est plus important que ce à quoi la CAQ travaille en éducation. Que ce soit la rénovation et la construction d’écoles, l’ajout de professionnels dans ces mêmes écoles ou encore la mise en place d'un système pour dépister plus tôt les enfants qui ont des troubles d'apprentissage, a-t-il dit. « On s’assure que chaque enfant ait la chance d’aller au bout de son potentiel et c’est ce qui me rend le plus fier dans ce qu’on a fait au cours des derniers mois et dans ce qu’on va faire au cours des trois prochaines années. »

Le premier ministre Legault et le leader du gouvernement Jolin-Barrette, lors du bilan de la session parlementaire de la CAQ, vendredi.

Le premier ministre Legault et le leader du gouvernement Jolin-Barrette, lors du bilan de la session parlementaire de la CAQ, vendredi

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Sinon, c'était l'occasion pour la CAQ de faire la promotion de son travail. « On peut déjà affirmer sans nuances que le bilan législatif est exceptionnel. Plus de 30 projets de loi ont été déposés, pour 14 adoptés. Il a fallu beaucoup de travail et une planification serrée pour y arriver », a fait savoir le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette.

Son patron a renchéri sur ces propos. « On avait promis de revenir à un tarif de garde unique, d’augmenter de façon importante les allocations familiales pour le deuxième et le troisième enfant, et de réduire les taxes scolaires. On a respecté nos trois promesses », a dit François Legault.

Le travail de Danielle McCann qui, à la Santé, « a donné plus de pouvoir aux infirmières et aux pharmaciens », celui de Pierre Fitzgibbon qui, à l'Économie, est en train d'opérer de « gros changements » à Investissement Québec et celui de Simon Jolin-Barrette, qui mène de front le PL 9 et PL 21, a aussi été souligné par le numéro un du gouvernement caquiste.

Revoyez le Facebook Live de Martine Biron et Sébastien Bovet sur la fin de la session parlementaire à Québec.

Le gouvernement se trompe sur toute la ligne, dit l'opposition

Dans son bilan de fin de session offert un peu plus tôt, Québec solidaire a contesté l’idée que l’adoption de la loi, en fin de semaine, viendra clore le débat sur la laïcité de l'État. Son leader parlementaire, Gabriel Nadeau-Dubois, accuse le gouvernement d’être naïf et prédit que le débat se poursuivra.

Penser que cette loi, et son adoption sous bâillon, va mettre fin au débat sur la laïcité, c’est se tromper sur toute la ligne, a-t-il dit.

Selon lui, la loi sera très dure à appliquer et entraînera assurément une multitude de contestations judiciaires, sans compter que les défenseurs les plus acharnés de la laïcité ne manqueront pas de revenir à la charge, comme l'ont prouvé les témoignages entendus ce printemps en commission parlementaire.

Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois.

Les co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, ont présenté leur bilan de fin de session vendredi matin. M. Nadeau-Dubois a soutenu que l'argument du gouvernement, selon lequel il importe d'imposer un bâillon pour mettre fin au débat sur la laïcité, est « très faible ».

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Il y en a plusieurs qui ont dit tous la même chose : "C’est un bon premier pas, on fait un pas dans la bonne direction", mais nous, on va continuer de militer pour interdire toujours davantage le port de signes religieux au Québec", a résumé le co-porte-parole du deuxième groupe d’opposition.

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, soutient aussi que le débat se poursuivra, notamment en raison des contestations judiciaires. Il plaide en outre lui-même pour que le Québec aille plus loin en matière de laïcité, comme en feront foi deux amendements au projet de loi que son parti entend présenter.

L’un voudra soumettre le personnel des écoles privées à l'interdiction de porter des signes religieux, à l’instar des enseignants et des membres de la direction des écoles; l’autre cherchera à étendre les mêmes dispositions aux éducateurs en garderie.

Pascal Bérubé, entouré de Martin Ouellet, Harold Lebel et d'autres députés péquistes.

Pascal Bérubé était entouré de toute la députation péquiste pour son bilan de fin de session parlementaire. Il soutient que la décision d'imposer le bâillon pour le projet de loi 21 constitue un « symbole épouvantable » compte tenu de sa nature. Il a imputé cette décision à une « mauvaise planification parlementaire ».

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Je ne crois pas que le débat soit clos, a dit M. Bérubé. Je dirais que c’est une conclusion de tous les débats [consécutifs à la commission] Bouchard-Taylor, mais il y en aura d’autres sur les contestations qui viendront de partout, qui viendront du gouvernement canadien, du Canada anglais, des gens qui ne veulent pas respecter la loi québécoise.

Quant au Parti libéral du Québec (PLQ), il était le dernier à venir au podium afin de faire son bilan. « [Le gouvernement] a tenté de faire porter l’odieux à notre formation politique en nous accusant d’obstruction. Nous avons fait notre travail d’opposition et nous allons continuer de le faire », a répété le chef intérimaire du parti, Pierre Arcand, au sujet des bâillons du week-end.

Le premier ministre est l’unique artisan de ses bâillons, a-t-il ajouté, puisque « la seule urgence est l’agenda politique de François Legault ».

L'équipe de députés du Parti libéral du Québec a fait son bilan de la session parlementaire, vendredi.

L'équipe de députés du Parti libéral du Québec a fait son bilan de la session parlementaire, vendredi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Finalement, le message des libéraux, si on se fie à M. Arcand, est qu'ils se battent pour les Québécois. « Nous allons continuer et nous allons même accélérer la défense de la classe moyenne. Nous allons être les défenseurs de tous ceux et celles qui ont besoin d’aide », a-t-il dit.

Son numéro deux, le leader parlementaire du parti, Sébastien Proulx, s'en est quant à lui surtout pris au ministre Jolin-Barrette.« C’est une session qui se termine avec deux malaises, un double bâillon pour restreindre des droits, pour empêcher les parlementaires de bien faire leur travail », a-t-il déclaré.

« C’est le même ministre, le leader du gouvernement [M. Jolin-Barrette], qui n’a pas été capable de sortir un seul de ses deux projets de loi. Lorsque tu ne peux pas sortir un seul de tes projets par la voie régulière, c’est soit parce que tu ne travailles pas bien, soit parce que tu ne travailles pas avec les autres, ou soit parce que tu veux faire ton travail trop rapidement. Choisissez la raison qui vous plaît; une chose est certaine, c’est que le leader n’a pas été à la hauteur pour sortir ses projets de loi », a commenté M. Proulx.

Politique provinciale

Politique