•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prévenir le suicide dès l'école primaire

Une fillette tient un livre dans ses mains.

Kira Ducharme, 9 ans, participe au programme de la trousse Thrival.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Prendre une grande respiration, voici l’une des stratégies qui est proposée aux élèves des écoles primaires du Manitoba dans le cadre d'un projet pilote visant à leur enseigner les moyens de se ressaisir, de reprendre le contrôle de leur corps et de prendre soin de leur santé mentale.

Le programme de la trousse Thrival est basé sur une étude de plusieurs années sur le suicide chez les adolescents, réalisée par le bureau de la défenseure des enfants et de la jeunesse du Manitoba.

L’organisme a examiné ce qui se passait dans la vie de 50 jeunes qui se sont suicidés, puis l'a comparé à un groupe témoin de 100 jeunes. L’étude a mis en évidence un lien entre traumatisme infantile et risque de suicide.

Une étude interne réalisée par la division scolaire de Winnipeg en 2018 a révélé que 31 % de ses élèves du secondaire avaient un niveau d'anxiété modéré à élevé, éprouvant des sentiments intenses de peur, d'anxiété ou d'inquiétude face à des événements ou à des situations sociales particuliers. La norme canadienne pour ces niveaux est de 26 %.

Les jeunes les plus à risque de suicide ont vraiment du mal à être scolarisés. Nous comptons beaucoup sur le système scolaire public pour fournir beaucoup d'information sur la prévention du suicide, affirme la remplaçante défenseure des enfants et de la jeunesse du Manitoba, Ainsley Krone.

Notre étude a révélé que les jeunes qui ont peut-être le plus besoin de cette aide ne seraient peut-être pas en classe pour la recevoir, dit-elle.

Ainsi, le bureau de la défenseure des enfants et de la jeunesse du Manitoba et l'Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) se sont associés pour créer la trousse Thrival, un outil destiné à aider les élèves de la 4e à la 6e année à gérer le stress et à renforcer leur résistance au stress.

Ils se sont concentrés sur ce groupe d'âge, car la plupart des enfants vont toujours à l'école.

Nous savons que, si on peut aider les jeunes à acquérir des compétences sociales et affectives, cela les aide à se sentir mieux dans leur peau, à renforcer leur estime de soi et à utiliser leurs outils en période de stress, ajoute la directrice générale pour le Manitoba et Winnipeg de l'ACSM, Marion Cooper.

Une femme tient un livre dans les mains.

L'Association canadienne pour la santé mentale (ACSM), dirigée par Marion Cooper, a créé la trousse Thrival, un outil destiné à aider les élèves de la 4e à la 6e année à gérer le stress et à renforcer leur résistance.

Photo : Radio-Canada

Le programme utilise de petits accessoires pour enseigner l’introspection, la méditation pleine conscience, la réduction du stress et les stratégies d'adaptation ainsi que les compétences interpersonnelles.

Le but est de renforcer l'estime de soi et le sens identitaire, et de développer l'empathie et la compréhension des autres.

Un programme qui donne des résultats

En septembre, chaque élève reçoit une boîte à chaussures qui est presque vide. Pendant l'année scolaire, les jeunes y mettent de petits souvenirs qui rappellent différentes leçons.

Kira Ducharme, 9 ans, a décoré sa boîte à chaussures d'arcs-en-ciel. Elle a ajouté un gâteau d'anniversaire pourse lui rappeler les bons moments passés et les bons moments qu'elle espère passer à l'avenir.

Cela m'aide à me calmer quand je suis vraiment en colère ou un peu contrariée.

Kira Ducharme

La boîte contient également un petit journal. La fillette l’utilise lorsqu'elle a peur.

Cela m'a aidée à libérer les pensées que j'avais dans la tête, parce que, parfois, quand j'ai beaucoup de pensées qui vont dans ma tête, cela me donne mal à la tête, raconte-t-elle.

L'enseignant de 3e et 4e année, Scott Chudley, organise des exercices du programme de la trousse Thrival depuis deux ans. Il constate une différence chez les élèves, individuellement et dans l'ensemble de la classe.

Quand ils seront adultes, ils pourront compter sur ce qu'ils ont appris grâce à ces stratégies, dit-il.

La trousse Thrival a été mise à l'essai au Manitoba au cours des deux dernières années, passant de 450 élèves dans six écoles à 2250 élèves dans 106 écoles.

Les personnes qui veulent obtenir de l'aide peuvent appeler : 

  • le Service canadien de prévention du suicide, au 1 833 456-4566 ou par messages texte, au 45645
  • l'Association québécoise de prévention du suicide, au 1 866 APPELLE (277-3553) ou consulter le site www.commentparlerdusuicide.com (Nouvelle fenêtre)

Manitoba

Suicide