•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une gigantesque tête de loup vieille de 32 000 ans découverte en Sibérie

La tête d'un loup retrouvée en Sibérie.
La tête mesure 41 cm de long, soit environ la moitié de la taille du corps complet d'un loup adulte actuel. Photo: Fondation Nao/Naoki Suzuki
Agence France-Presse

Une gigantesque tête de loup vieille de 32 000 ans, avec un cerveau et des dents intacts, a été découverte en Sibérie, a annoncé l'Académie des sciences locale dans un communiqué.

La tête recouverte d'une fourrure ressemblant à celle d'un mammouth a été découverte l'été dernier dans les glaces éternelles, au bord d'une rivière, en Iakoutie (Sibérie orientale) par un habitant, selon le communiqué publié dans la nuit de jeudi à vendredi.

Remise à l'Académie des sciences de Iakoutie, la découverte a été étudiée par des paléontologues russes et japonais, qui ont établi qu'il s'agissait d'une tête de loup du Pléistocène (Canis dirus) âgée de 32 000 ans.

Vue de face de la tête de loup découverte en Sibérie.Vue de face de la tête de loup découverte en Sibérie. Photo : Fondation Nao/Naoki Suzuki

La taille de cette tête, longue de 41,5 centimètres, correspond à celle de la moitié du corps d'un loup contemporain, dont la longueur se situe entre 66 et 86 centimètres, précise le communiqué.

« Cela a permis de conclure que le loup du Pléistocène était gigantesque », ajoute-t-il.

Cette tête contient « un cerveau intact, et toutes ses dents sont préservées », souligne le communiqué, se félicitant d'une découverte « sensationnelle ».

Les tissus et la fourrure sont également intacts, selon la même source.

C'est la première fois qu'on découvre les restes d'un loup du Pléistocène avec des tissus préservés », assure Albert Protopopov, de l'Académie des sciences de Iakoutie, cité dans le communiqué.

Nous allons le comparer avec les loups contemporains pour comprendre comment il a évolué et reconstruire son apparence.

Albert Protopopov

L'examen de l'ADN du carnassier sera effectué en collaboration avec des chercheurs du Musée suédois d'histoire naturelle, selon la même source.

Paléontologie

Science